La Pointe Courte (1954) Agnès Varda

Pays de productionFrance
Sortie en France 1956
Durée89 mn
DistributeurCiné Tamaris (source : ADRC)
>> Rechercher "La Pointe Courte" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurAgnès Varda
Assistant réalisateurCarlos Vilardebo
ScénaristeAgnès Varda
DialoguisteAgnès Varda
Société de production Ciné Tamaris
Directeur de la photographiePaul Soulignac
Directeur de la photographieLouis Stein
Ingénieur du sonGeorges Mardiguian
Compositeur de la musique originalePierre Barbaud
MonteurHenri Colpi
MonteurAlain Resnais
ScriptJeanne Vilardebo

générique artistique

Silvia Monfort(Elle)
Philippe Noiret(Lui)

Bibliographie

Synopsis

Un couple prend pour la première fois, après cinq ans de mariage, 3 ou 4 jours de vacances à la Pointe-Courte : c'est un coin déshérité du port de Sète, fait d'étangs insalubres et de maisonnettes de pêcheurs. Lui est du pays : son père construisait des barques. Il est marié et vit à Paris. Quand elle le rejoint, c'est avec l'intention de rompre : non qu'un drame soit survenu ou que les caractères se soient heurtés. tout est calme, trop calme ; ce qu'elle n'arrive pas à admettre c'est l'évolution de leur amour, l'évanouissement de la passion. Elle en conclut : habitude et mort ; et lui s'applique à lui faire découvrir qu'au lieu de s'obstiner à aimer « leur amour », elle devrait l'aimer « lui », comme il l'aime « elle ». Le film tient en cette unique conversation, échelonnée au gré d'une promenade au bord des étangs, de haltes au fond d'une cale ou sur les pierres ; en contre-point, la vie de la Pointe-Courte, où l'on pêche des coquillages en se cachant du Service de l'Hygiène, où l'on organise chaque dimanche un petit tournoi sur l'eau, où l'on danse, se marie, va en prison et meurt sans histoire, dans un climat de vie de famille. Ce climat aidant, le couple repartira ayant fait le point, ayant décidé un nouveau « départ », et certain de n'avoir pas perdu au chance.
© Les fiches du cinéma 2001
Logo

Exploitation