Vers l'extase (1959) René Wheeler

Pays de productionFrance
Sortie en France 1960
>> Rechercher "Vers l'extase" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurRené Wheeler
Auteur de l'oeuvre originaleMadeleine Alleins
AdaptateurRené Wheeler
DialoguisteRené Wheeler
DialoguisteMaurice Clavel
Société de production Les Films Matignon
Directeur de productionGeorges Glass
Directeur de la photographieChristian Matras
Ingénieur du sonLouis Hochet
Compositeur de la musique originalePaul Misraki
DécorateurRobert Guisgand
MonteurRenée Lichtig

générique artistique

Giani Esposito(Jérôme)
Pascale Petit(Catherine)
Serge Sauvion(Jacques)
Monique Mélinand(Mme Schultz)
Hugues Wanner(M. Schultz)
Michel Etcheverry(Père Bruno)
Michel Ardan(M. Bègue)
France Asselin(une bourgeoise)
Nelly Borgeaud(Odette)
Wilson Brassat
Robert Dalban
Paul Faivre
Geneviève Kervine(Anne-Marie)
Jacques Marin(le boucher)
Liliane Patrick(l'hôtesse de l'air)
Marie-Claude Poirier(Jeannette)
Lysiane Rey(Mme Bègue)
Malka Ribowska(Hassibah)
Denise Vernac(Mme Heurtebie)
Louis Viret

Bibliographie

Synopsis

Appartenant à une famille bourgeoise singulièrement désunie où la vie quotidienne est un enfer, Catherine croit trouver le bonheur auprès de Jérôme, riche propriétaire d'Afrique du Nord qui l'a demandée en mariage. Malgré l'attitude sceptique de ses parents, frère et soeur qui ne croient pas à la réalisation de ce projet : tant d'autres ont échoué antérieurement !. Catherine et Jérôme se marient dans la petite église du village et partent pour l'Afrique. L'accueil délicat et tendre de la mère et de la soeur de Jérôme est inattendu pour la jeune mariée, ayant passé son adolescence dans un climat hostile. Mais Catherine, malgré l'amour qu'elle porte à son mari et que celui-ci lui témoigne, éprouve une lancinante inquiétude spirituelle ; cette angoisse mystique, cette recherche de l'extase où elle tentait de se réfugier en France continue à la poursuivre ici. Au cours d'une promenade avec une joyeuse bande d'amis à Casablanca, la rencontre d'un marabout en extase lui fait découvrir la mystique arabe. C'est pour elle une révélation. Elle croit comprendre qu'il faut se dépouiller de tout, fuir la richesse et le bonheur terrestre. Elle s'enfuit alors du domicile conjugal et s'engage comme bonne à tout faire. Elle lit la vie des Saints de l'Islam, continue cependant à visiter l'église catholique voisine et rencontre un Père Blanc auquel elle tente d'expliquer son problème : « De grandes enjambées, mais en dehors du chemin », lui répond-il en citant Saint Augustin. Elle recueille dans sa modeste chambre de bonne une pauvre fille enceinte et tente de la convertir à la vie mystique - ce sera peine perdue. Mais cette rencontre sera pour elle un choc. Blessée, désespérée par l'inanité de son action et de ses efforts, par l'incompréhension de ce ménage médiocre dont elle est la dévouée servante, Catherine désemparée retourne voir le missionnaire. Apprenant qu'elle est mariée, il lui fait comprendre que la recherche de Dieu doit se poursuivre dans le milieu même où Dieu l'a placée. Finalement le couple se reformera.
© Les fiches du cinéma 2001
Logo

Exploitation