Grandeur nature (1973) Luis García Berlanga

Pays de productionFrance ; Italie ; Espagne
Sortie en France 1974
>> Rechercher "Grandeur nature" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurLuis García Berlanga
ScénaristeRafael Azcona
ScénaristeLuis García Berlanga
DialoguisteJean-Claude Carrière
Société de production UPF - Uranus Productions France (Paris)
Société de production Les Productions Fox-Europa (Paris)
Société de production Films 66 (Paris)
Société de production Jet Films (Barcelona)
Société de production Verona Produzione
Distributeur d'origine CIC - Cinema International Corporation
Directeur de la photographieAlain Derobe
Compositeur de la musique originaleMaurice Jarre
DécorateurAlexandre Trauner
MaquilleurAlfredo Tiberi
MonteurFrançoise Bonnot

générique artistique

Michel Piccoli(Michel)
Valentine Tessier(La mère de Michel)
Rada Rassimov(Isabelle)
Claudia Bianchi(La jeune fille)
Queta Claver(Maria Luisa)
Michel Aumont

Bibliographie

Synopsis

Michel attend avec impatience un colis qu'il rapporte dans son cabinet de chirurgien-dentiste (pour enfants) quadragénaire, bien installé dans la vie. Dans le paquet qu'il ouvre avec émotion après le départ de son dernier client, apparaît une poupée gonflable, belle, charnelle, qui revêt l'apparence d'une vraie femme... Les jours suivants, la poupée gagne une place importante dans l'univers de Michel. Isabelle, qui forme avec son mari un couple très libre, n'imagine pas que sa rivale - bien plus dangereuse que les passagères conquêtes auxquelles elle est habituée - est faite de polyuréthane. Son incompréhension, lorsqu'elle le découvre, exaspère Michel qui, accompagné de la poupée, s'en va pour quelques jours dans l'hôtel que tient sa mère. Celle-ci accepte très facilement la nouvelle et curieuse passion de son fils : elle traite même la poupée comme une véritable amie... Afin de la vêtir, Michel emmène la poupée dans un magasin et constate que la vendeuse s'avère attirée par sa cliente. Tous semblent ressentir sensuellement le charme de cette femme sans vie. L'idylle de Michel se poursuit au grand désespoir de ses amis qui le prennent pour un fou. Jusqu'au jour où il croit remarquer que sa chère poupée a été « souillée ». Après une enquête, il en vient à constater qu'en son absence, la poupée se donne sans protester au concierge. Fou de rage, il tente de la tuer. En vain, bien sûr. Alors, peu à peu, Michel sent le dégoût l'envahir à l'égard de cette créature jadis aimée. La situation devient invivable. Après une orgie où elle s'est compromise, Michel décide que la seule voie possible reste le suicide à deux. Sa voiture plonge dans la Seine ; mais tandis qu'il se noie, la poupée remonte à la surface.
© Les fiches du cinéma 2001
Logo

Exploitation