Le Pavé de Paris (1960) Henri Decoin

Pays de productionFrance ; Italie
Sortie en France 1961
>> Rechercher "Le Pavé de Paris" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurHenri Decoin
ScénaristeJacques Rémy
AdaptateurHenri Decoin
AdaptateurEugène Tucherer
DialoguisteAndré Tabet
Société de production Paris Elysées Films
Société de production Les Films Metzger et Woog
Directeur de productionEugène Tucherer
Directeur de la photographiePierre Petit
Ingénieur du sonRobert Teisseire
Compositeur de la musique originaleJoseph Kosma
DécorateurLucien Aguettand
MonteurClaude Durand
Photographe de plateauRobert Cohen

générique artistique

Danièle Gaubert(Arlette)
Jacques Riberolles(Marc)
Nadia Gray(Monique)
Jacques Fabbri(Le père)
Yvonne Hébert(La mère)
Robert Berri(un inspecteur)
Robert Dalban(le commissaire)
Micheline Dax(fille à la prison)
Georges Descrières(le chef de cabinet)
Robert Porte(commissaire Bosquet)
Michel de Ré(Gilbert)
Roger Tréville(le banquier)
Yvonne Claudie(la logeuse)
Robert Lombard(le comptable)
Robert Le Béal(l'industriel du Nord)
René Lefèvre-Bel(un invité)
Bibi Morat(Alain, le petit frère)
Claudio Gora(Agostino)
Yolande Magny(l'employée des contributions)
Rita Rubirosa(la femme de Gilbert)
Henri Vilbert
Jean-Pierre Zola
Christian Brocard
Anne-Marie Coffinet
Jean Brunel
André Certes
Claudie Breton
Dominique Clément
Marie-Thérèse Orain
Diane d' Este
Victor Tabournot
Guy Martin
Chris Van Loosen
Vega Vinci
Leïla Jazi
Birgitta Juslin
Roger Duquesne

Bibliographie

Synopsis

Arlette a une âme très nouvelle vague et des parents trop provin-ciaux. Elle leur déclare que puisque leur propre plaisir a présidé à sa naissance, elle peut chercher le sien à 18 ans dans l'indépendance. Elle cache cependant sa fuite à Marc, son fiancé absent et revient à Amiens pour sa première permission. Lorsque celui-ci est libéré et apprend la vérité, il la cherchera long-temps en vain dans la capitale jusqu à sa découverte d'une photo d'Arlette en petite tenue, cover-giri du dernier magazine. Il la rejoint alors au studio et, tout au long d'une nuit orageuse, Arlette lui contera les embûches successives de son existence parisienne. Sa solitude première, ses difficultés d'embauche, les patrons frôleurs et les promiscuités du dimanche jusqu'au miracle de ce très digne amateur d'art qui lui confie ce rôle séduisant et délicat de conseillère artistique dans un milieu et un cadre de qualité. Une politique de prudence courtoise lui est imposée, mais ses attraits sont aussi nécessaires à l'écoulement des marchandises. Les amateurs d'art ont un souci d'ambiance parfaite qui l'oblige à être logée et habillée par les soins de la maison et doit s'étendre aux caprices nocturnes de ces clients importants, si souvent solitaires en fin de journée. Sa retenue première lui assure une sérieuse clientèle jusqu'au jour où le gros banquier ou l'industriel du Nord l'invite à une soirée luxueuse dans une grande propriété proche de la capitale. Le bain de minuit est de rigueur. Le visage en gros plan de ces messieurs prouve qu'ils profitent largement des essayages de costumes de bain lorsque la police providentielle surgit qui arrête cette amorce de ballet rose. Son récit terminé, Arlette explique à Marc que les photos de modes qui sont sa suprême ressource sont plus rentables dans le sous-vêtement.Il faut bien vivre. Marc décide alors qu'Arlette n'est plus pour lui ; il retournera seul à Amiens mais, au moment où le train s'ébranle, Arlette hésite et saute dans son wagon.
© Les fiches du cinéma 2001
Logo

Exploitation