Le Paria (1968) Claude Carliez

Pays de productionFrance ; Espagne
DistributeurGaumont (source : ADRC)
>> Rechercher "Le Paria" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurClaude Carliez
Superviseur de la réalisationMaurice Delbez
ScénaristeClaude Rank
ScénaristeMireille de Tissot
DialoguisteClaude Rank
DialoguisteMireille de Tissot
Société de production Ceres Films
Société de production Carlton Continental
Société de production Les Films Fernand Rivers (Paris)
Société de production Santos Alcocer P.C.
ProducteurHélène Dassonville
ProducteurSantos Alcocer
Directeur de productionMireille de Tissot
Directeur de productionJean Lara
Directeur de la photographieJuan Gelpí
CadreurJacques Dubourgpour les photos aériennes
Compositeur de la musique originaleJean-Claude Pelletier
MonteurRaymond Lamy
CascadeurGérard Moisan
CascadeurDaniel Vérité

générique artistique

Jean Marais(Manuel Thomas, dit Manu)
Marie-José Nat(Lucia)
Nieves Navarro(Sylvia Delambre)
Horst Frank(Rolf)
Jacques Stany(le superintendant Walt)
Jean Lara(l'inspecteur Lara)
Béatrice Delf(Gisela, la danseuse)
Eric Donat(José)
Jaume Picas(Toccelli)
Josep Castillo Escalona(Max)
Enrique San Francisco

Bibliographie

Synopsis

L'express Rotterdam-Madrid est habilement stoppé par une bande d'hommes masqués non loin de la frontière espagnole. Des valises blindées contenant des diamants sont transbordées dans une camionnette qui attendait tous feux éteints le long de la voie, mais un contrôleur courageux abat une partie des gangsters et blesse l'un d'eux, Manu, qui réussit à s'enfuir avec le véhicule et à pousser celui-ci à la mer. Cette dernière opération a eu un témoin, José, un enfant d'une dizaine d'années, qui se révèle un précieux allié. Il emmène Manu chez sa mère, Lucia, veuve d'un contrebandier, qui le soigne, lui donne asile et lui confle bientôt le poids qu'est pour elle sa solitude. De son côté, Manu lui révèle qu'un accident de voiture où il a tué sa femme et sa petite flîle l'a poussé, par désespoir, dans la voie de l'illégalité d'où il voudrait bien sortir. Tandis que Lucia et Manu rêvent de refaire leur vie ensemble, à Barcelone la police, Interpol et le gang directeur du hold-up camouflé sous l'enseigne d'un institut de beauté, s'inquiètent de sa disparition ainsi que de celle des diamants. La bande s'entre-déchire, chacun soupçonnant l'autre et Sylvia, une esthéticienne, est dévorée par la jalousie lorsqu'elle parvient îl apprendre que Manu a trouvé refuge chez une femme. Le jeune José, plein de bonne volonté pour aider son ami mais imprudent, se fait suivre et Rolf, un complice qui a pu échapper à la fusillade lors de l'attaque du train, vient demander des comptes à Manu. Ensemble, ils repêchent les valises immergées, repoussent une attaque des hommes de main du grand patron, Tocelli, et s'enfuient avec Sylvia survenu chez Lucia non seulement pour reprendre Manu mais pour échapper à Tocelli qui la soupçonne et dont elle a tout à craindre. Dans une cabane de bergers indiquée par Lucia, ils doivent faire face en même temps et à la police et à la bande Tocelli. Mais les carabiniers sont nombreux, ils bénéficient du concours de l'aviation, ils anéantissent les gangsters embusqués derrière les rochers et parviennent jusqu'à Manu expirant qui obtient néanmoins, avant de mourir, qu'on laisse partir librement Lucia et José.
© Les fiches du cinéma 2003
Logo

Exploitation