Sous le signe du taureau (1968) Gilles Grangier

Pays de productionFrance
Sortie en France 1969
DistributeurGaumont (source : ADRC)
>> Rechercher "Sous le signe du taureau" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurGilles Grangier
ScénaristeFrançois Boyer
ScénaristeGilles Grangier
ScénaristeMichel Audiard
Auteur de l'oeuvre originaleRoger Vrigny
AdaptateurClaude Sautet
AdaptateurPascal Jardin
DialoguisteMichel Audiard
Directeur de productionRoger de Broin
Directeur de la photographieWalter Wottitz
Ingénieur du sonPierre Calvet
Compositeur de la musique originaleJean Prodromidès
DécorateurRobert Clavel
MonteurJacqueline Douarinou

générique artistique

Jean Gabin(Raynal)
Suzanne Flon(Christine)
Colette Déréal(Rolande)
Michel Auclair(Magnin)
Raymond Gérôme(Jérôme)
Alfred Adam(Vacher)
Louis Arbessier(Robert Augagneur)
Etienne Bierry(Lambert)
Jacques Monod(Marchal)
Jean-Paul Moulinot(Pierre)
Fernand Ledoux(Le juge)
Robert Dalban(le cafetier)
France Valéry(Gilberte)
Jean Valmence(Helmann)
René Bouloc(Jean-Pierre Raynal)
Marthe Alycia(Mme Laprade)
Yves Arcanel(le chef mécanicien)
Jean-Pierre Hercé(le cadet de Raynal)
Jean-Simon Prévost(le financier)
Max Amyl(le commissaire)
Max Favalelli(le téléreporter)
Philippe Valauris(le secrétaire de Marchal)
Armand Meffre(un ingénieur)
Yvon Sarray(un ingénieur)
Sophie Leclair(la dactylo)
Dominique Viriot(auto-stoppeur)
Bob Ingarao(un ouvrier)
Jean Gold(client du restaurant)
Charles Bayard(client du restaurant)
Lucien Desagneaux(passager à Orly)
Emile Riandreys(un automobiliste)
Jean Tielment(maître d'hôtel)
Jean Berton(le comptable)
Jacques Préboist(le contractuel)
Albert Michel(le bistrot)
Guy Marly(le monteur O.R.T.F.)
Raymond Pierson(le barman du Trianon Palace)
André Badin(un cuisinier)

Bibliographie

Synopsis

L'Ingénieur Albert Raynal consacre sa vie à la recherche. Il vient, avec une équipe dévouée et le concours financier de quelques parents et amis, de mettre au point une fusée. Le départ réussit, mais la fusée explose en vol. Cet échec retentissant va lui attirer les plus grandes difficultés financières et familiales : quolibets de la presse, doutes et abandons des commanditaires. Jérôme Laprade, son beau-frère, confie à Christine Raynal, épouse un peu désabusée, qu'il en a assez des fantaisies de son époux. Il lui suggère même de divorcer pour mettre un terme a une vie conjugale décevante et préserver pour elle-même et ses deux fils, déjà grands, un avenir financier fort compromis par les extravagances de leur père. Albert Raynal, force de la nature, ne s'estime pas vaincu pour autant. Bien qu'il lui en coûte beaucoup, il tente auprès d'amis et de relations des démarches afln de réunir les capitaux indispensables pour sauver son laboratoire, et poursuivre ses travaux, car il se sent près du but. Mais banquiers, industriels, camarades de guerre nageant dans l'opulence - et par quels moyens ! - restent insensibles à l'appel de Raynal. Même la charmante restauratrice devenue célèbre, la belle Rolande, qui fut pour lui, aux heures de solitude, une compagne apaisante, refuse d'hypothéquer son restaurant si durement acquis ! Après une fugue de quelques jours en Normandie où, dans une modeste chambre d'hôtel, Raynal a dicté à une jeune dactylo ses mémoires, faisant le procès des trusts, gros capitaux se confinant dans le « rentable » sans donner aucune chance aux novateurs désintéressés de préparer le monde de demain, Albert Raynal réapparaît et veut se constituer prisonnier pour faillite retentissante. Mais, par un revirement aussi émouvant qu'inattendu, son épouse Christine, qui avait introduit une demande en divorce, va sauver son mari en lui redonnant toute sa confiance et ses capitaux personnels, ce qui lui permettra de poursuivre ses travaux et, sans doute, de réussir.
© Les fiches du cinéma 2001
Logo

Exploitation

Tournage

Dates de tournage

Début : 04 novembre 1968
Fin : 10 janvier 1969