Symphonie pour un massacre (1963) Jacques Deray

Pays de productionFrance ; Italie
DistributeurPathé Distribution (source : ADRC)
>> Rechercher "Symphonie pour un massacre" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurJacques Deray
ScénaristeClaude Sautet
ScénaristeJosé Giovanni
ScénaristeJacques Deray
Auteur de l'oeuvre originaleAlain Reynaud-Fourton
DialoguisteJosé Giovanni
DialoguisteJacques Deray
DialoguisteClaude Sautet
Société de production P.E.C.F. - Productions et Éditions Cinématographiques Françaises (Paris)
Société de production C.I.C.C. - Compagnie Industrielle et Commerciale Cinématographique
Société de production Dear Film Produzione (Roma)
Société de production Ultra Film (Roma)
ProducteurRaymond Borderie
Directeur de productionRobert Velin
Directeur de la photographieClaude Renoir
Ingénieur du sonJoseph de Bretagne
Compositeur de la musique originaleMichel Magne
DécorateurLéon Barsacq
MonteurPaul Cayatte

générique artistique

Jean Rochefort(Jabeke)
Michel Auclair(Clavet)
Michèle Mercier(Madeleine)
Charles Vanel(Paoli)
Claude Dauphin(Valoti)
José Giovanni(Moreau)
Jean Degrave
Pierre Mirat
Marcello Pagliero
Daniela Rocca

Bibliographie

Synopsis

Cinq hommes, Paoli, Clavet, Valoti, Moreau et Jabeke sont associes dans le trafic de la drogue. Un arrivage vient précisément d'avoir lieu à Marseille : il y en a pour 500 000 dollars que doublera la revente en détail. Mais Serutti, le transitaire, exige que chacun des membres du gang verse cash une mise de fond de 100 0OO dollars. Jabeke, qui a de grosses difficultés financières, doit réaliser pour pouvoir « être à la hauteur de la situation ». Mais, dans son esprit, germe un plan qui, s'il réussit, lui permettra de s'approprier pour lui tout seul, non seulement la drogue, mais encore la mise des associés. Moreau a été chargé de convoyer les dollars à l'aller et la drogue au retour. Jabeke se crée un alibi : un voyage à Bruxelles. Après avoir descendu sa voiture à Lyon, il prend le train pour Bruxelles où il ne doit rester que le temps nécessaire à ce que sa présence y soit constatée. Maintenant le temps est minuté : durant l'espace de la même nuit, afin que l'on ne puisse constater son absence, Jabeke revient à Paris et, maquillé, monte dans le même train que Moreau. Durant le sommeil de celui-ci, Jabeke tente de s'emparer de la serviette aux dollars. Mais Moreau se réveille ; celui-ci est tué au cours de la lutte et son cadavre jeté par la fenêtre près de Chagny. Arrivé à Lyon, Jabeke saute dans sa voiture, fonce sur Paris, cache chez lui les dollars et regagne Bruxelles sans que l'on ait remarqué son absence. C'est là, naturellement, que ses associés apprenant par les journaux la découverte du cadavre de Moreau, le préviennent de revenir. Cependant, à cause d'infimes et subtils détails, Paoli, le vieux truand auquel on ne la fait pas, conçoit des soupçons. Jabeke se voit dans la nécessité de le supprimer avant qu'il ne fasse part de ses doutes aux autres. Puis il liquidera Valoti avec l'aide involontaire d'Hélène, l'épouse de Valoti et la maîtresse de Jabeke - celle-ci avait cru que son mari voulait tuer Jabeke à cause d'elle. Enfin, ce sera le tour de Clavet. Jabeke croit triompher et pouvoir jouir en paix du fruit de ses crimes. Mais il n'avait pas compté sur l'intervention de Madeleine, la femme de Clavet qui vengera toutes les victimes de Jabeke.
© Les fiches du cinéma 2001
Logo

Exploitation