Cartas boca arriba (1965) Jesus Franco

Cartes sur table

Pays de productionEspagne ; France
Sortie en France27 avril 1966
DistributeurGaumont (source : ADRC)
>> Rechercher "Cartas boca arriba" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurJesus Franco
ScénaristeJesus Franco
Auteur de l'oeuvre originaleJesus Franco
AdaptateurJean-Claude Carrière
DialoguisteJean-Claude Carrière
DialoguisteGermain Cousin
Société de production Speva Films
Société de production Ciné-Alliance
Société de production Hesperia Films (Madrid)
Directeur de productionHenri Baum
Directeur de la photographieAntonio Macasoli
Ingénieur du sonJacques Gérardot
Compositeur de la musique originalePaul Misraki
DécorateurJean d' Eaubonne
MonteurMarie-Louise Barberot

générique artistique

Eddie Constantine(Hal Pereira)
Françoise Brion(Lady Cecilia)
Fernando Rey(Sir Percy)
Sophie Hardy(Cynthia)
Alfredo Mayo(Baxter)
Marcelo Arroita Jáuregui(Olsen)
Ricardo Palacios(Hermès)
Gene Reyes(Chang Howe)
Vicente Roca(Lee Wee)
Lemmy Constantine(l'enfant)

Bibliographie

Synopsis

Une série de meurtres est perpétrée contre de hautes personnalités internationales : fait particulier, l'assassin est toujours un personnage très basané, porteur de fortes lunettes. L'un d'eux, arrêté, fait l'objet d'un examen particulier. Les grands cerveaux de l'Interpol en arrivent aux constatations suivantes : l'individu possède une caractéristique sanguine rarissime (Rhésus 0) et, par approximations successives, qu'il est dirigé, robot irresponsable comme une trentaine de ses semblables dans le monde, par une organisation criminelle dont le siège se tient à Alicante (Espagne). D'où Interpol envoie sur les lieux Al Peretra (formule sanguine: Rhésus 0). Mais Pereira à fort à faire, surveillé qu'il est par les « robots », des concurrents chinois. Cynthia (membre de l'Interpol) et Lady Cecilla (égérie de l'organisation criminelle). Pereira en vient, au cours de ses innombrables investigations, a mettre sur son nez les lunettes d'un des robots qu'au cours d'une bagarre il a abattu. Et le phénomène se produit : privé de volonté et de mémoire, le voici au siège de l'organisation. Lady Cecilla, qui a quelque sentiment pour lui, lui épargne la « robotisation ». Tant pis pour elle, car Pereira est obligé de s'en débarrasser pour voler au secours de Cynthia, prisonnière elle aussi. Mais pour sortir de l'infernale souricière, que faire ? Tout simplement appel aux Chinois ! Et pour ee débarrasser des Chinois qui les gardent tous deux sur un yacht ? Se servir d'un certain nombre d'instruments expéditifs passés par l'Interpol, entre autres : un cigare à gaz mortel, une flûte protégeant du dit gaz, un parapluie explosif. Et Pereira termine l'aventure en barque, sur les eaux calmes, en compagnie de Cynthia.
© Les fiches du cinéma 2001
Logo

Exploitation

Tournage

Dates de tournage

Début : 18 octobre 1965
Fin : 30 novembre 1965