Martin soldat (1966) Michel Deville

Pays de productionFrance
Sortie en France 1966
DistributeurFilms du Jeudi/de la Pleiade (Les) (source : ADRC)
>> Rechercher "Martin soldat" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurMichel Deville
Assistant réalisateurClaude Miller
ScénaristeMaurice Rheims
DialoguisteNina Companeez
Société de production Les Films de la Pléiade (Paris)
ProducteurPierre Braunberger
Directeur de productionRoger Fleytoux
Distributeur d'origine C.C.F.C. - Compagnie Commerciale Française Cinématographique (Paris)
Directeur de la photographieClaude Lecomte
Ingénieur du sonAndré Hervée
Compositeur de la musique originaleJean Roux
DécorateurJacques Dugied
MonteurNina Companeez

générique artistique

Robert Hirsch(Martin)
Véronique Vendell(Zouzou)
Marlène Jobert(la résistante)
Walter Rilla(le général von Haffelrats)
Georges Chamarat(Renard)
Katia Kristine(l'anglaise)
Hélène Dieudonné(Marie-Marguerite)
Jacqueline Monsigny(Madame Dural)
Norbert Terry(un américain)
Paul-Émile Deiber(le général de Lamarzelle)
Maurice Escande(le président du jury)
Carl Studer(le capitaine Wallace)
André Weber(le chauffeur)
Anthony Sharp(le major)
Reinhardt Kolldehoff(le chef de la Gestapo)
Louis Velle(le colonel Dumesnil)
Claude Vernier(le Prussien)
Michel Gatineau(un comédien)
Jean Martin(Monnier)
Henri Labussière(l'aubergiste)
Paul Pavel(l'employé de la Comédie-Française)
Guy Saint-Jean(la sentinelle)
Wolfgang Saure(Wilderheim)
Pierre Hatet(un français)
Donald O'Brien(le capitaine Carruthers)
Marcel Gassouk(un comédien)
Fred Fisher(un soldat de la Gestapo)
Adrien Cayla-Legrand(Charles De Gaulle)
François Moro-Giafferi(un français)
Jean-Pierre Jorris(un allemand)
Max Gulak(un américain)
Alan Adair(un anglais)
Colin Mann(un anglais)
Gerry Ramm(un allemand)
Joachim Westhoff(un allemand)
Paul Wagner(un allemand)
Roger Rudel(un français)
Gilbert Servien(un français)
Claude Bertrand(Galland)
Gérard Villers(un français)
Serge Lahssen(un français)

Bibliographie

Synopsis

Martin est acteur de troisième ordre dans une tournée inclassable. Cela se passe le jour du Débarquement. Déguisé pour les besoins du théâtre en officier allemand, il est ramassé par les Américains, lesquels le livrent aux Français. Ayant prouvé sa bonne foi, Martin devient ordonnance du général. Pour son malheur, il revêt la tenue de son patron et en profite pour éblouir une gentille perruche. Malheur ! Le voilà enlevé par un général allemand, ennemi de Hitler, qui lui livre de précieux renseignements. Délivré à nouveau, Martin est décoré. Et voilà que le G.Q.G. cherche un agent pour jouer le rôle d'un officier allemand qui fera réussir le complot échoué le 20 juillet. Bon gré, mal gré, il y va. Bon an, mal an, il s'en tire. Jusqu'au jour où il tombe aux mains de la Gestapo. Evadé, il est pris par les F.F.I. Mais il a encore trouvé le moyen de glaner des renseignements précieux. Et, au grand jour. il est promu officier et décoré par « qui-de-droit ». Son ambition ? Entrer à la Comédie Française. Qui-de-droit le présente. Et lui, qui a sauvé sa peau par son talent de comédien, est recalé.
© Les fiches du cinéma 2001
Logo

Exploitation