Les Motards (1958) Jean Laviron

Pays de productionFrance
Sortie en France 1959
>> Rechercher "Les Motards" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurJean Laviron
Assistant réalisateurColette Larivière
Assistant réalisateurDaniel Georgeot
ScénaristeRoger Pierre
ScénaristeJean-Marc Thibault
ScénaristeJean Laviron
DialoguisteJean-Marc Thibault
DialoguisteRoger Pierre
DialoguisteJean Laviron
Société de production Eclectiques-Films
Société de production Lux Compagnie Cinématographique de France (Paris)
Société de production Téléfrance Films
ProducteurPierre Gurgo-Salice
Directeur de productionRoger Deplanche
Distributeur d'origine Lux Compagnie Cinématographique de France (Paris)
Directeur de la photographieMarc Fossard
Directeur de la photographieClaude Matalou
Ingénieur du sonRené Longuet
Compositeur de la musique originaleHenri Crolla
MaquilleurJacqueline Jaudon
MonteurDenise Baby
ScriptMadeleine Longue
Photographe de plateauFrançois Dieudonné

générique artistique

Roger Pierre(Roger)
Jean-Marc Thibault(Marc)
Francis Blanche(l'ambassadeur)
Jacqueline Maillan(Professeur de danse)
Colette Déréal(Wanda)
Véronique Zuber(Véronique)
Alexandra Stewart(la speakerine)
Paul Demange(le coiffeur)
Maxime Fabert(un haut-fonctionnaire)
Jean-Marie Robain(un haut-fonctionnaire)
Roger Saget(Bertrand, l'aubergiste)
Hubert Deschamps(le brigadier Plochut)
Albert Michel(le facteur)
Daniel Emilfork(l'espion aux pompes funèbres)
Gib Grossac(l'espion qui mange des bananes)
Numès fils(un espion)
Georges Lycan(un espion)
Jacques Ary(un motard)
Nono Zammit
Hugues Wanner
Nicole Regnault
Michèle Nadal
Jean-Pierre Moutier
Max Montavon
Max Desrau
Michel Dumur
Brigitte Barbier
Jacqueline Le Bihan
Jacques Dhéry
Lud Germain
Hubert de Malet
Sylvain
Celmas
Jean-Marie Amato
René Hiéronimus
Mario Pilar
Michel Thomass

Bibliographie

Synopsis

Roger est un grand adolescent, du genre chien-fou, chef d'une bande de motocyclistes du dimanche ; sa soeur doit épouser Marc, brigadier de la police motocycliste dont son futur beau-frère parle comme étant le préfet de police lui-même. Marc reçoit la mission de veiller sur la sécurité de Son Excellence Cucaragua, plénipotentiaire d'Amérique latine venu incognito signer un traité important avec la France. Une tierce puissance hostile à ce traité dépêche tout un réseau d'agents pour enlever le ministre et sa serviette diplomatique. En raison du penchant de Roger pour les sourires féminins, le complot réussit et Marc, sous peine d'être déshonoré, se fait mettre en congé et, à titre privé, se lance aux trousses des terroristes, aidé par son futur beau-frère dont les initiatives tournent souvent à la catastrophe. La poursuite mènera le duo chez un coiffeur où il reprendra la serviette, puis à un hôtel où Roger retrouvera l'ambassadeur, mais le reperdra ; puis sur un chantier de travaux publics où les deux compères récupèrent l'Excellence mais perdent la serviette. La poursuite continue tantôt à moto, tantôt en camionnette. Cucaragua, caché par Marc chez sa fiancée, est de nouveau kidnappé ainsi que la jeune fille. Marc et Roger les retrouvent dans une ferme de la région parisienne, les délivrent et laissent les chefs du réseau adverse assiégés par tout un élevage de porcs échappés des étables. Le traité pourra être enfin signé, la tierce puissance se désintéressant brusquement de l'affaire et rendant la serviette à Cucaragua. Marc et sa fiancée pourront convoler en justes noces et Roger, assagi (mais pour combien de temps) succombera au charme d'une blonde « reportrice » de la radio.
© Les fiches du cinéma 2001
Logo

Exploitation