En compagnie d'Antonin Artaud (1993) Gérard Mordillat

Pays de productionFrance
Sortie en France 1994
>> Rechercher "En compagnie d'Antonin Artaud" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurGérard Mordillat
ScénaristeGérard Mordillat
ScénaristeJérôme Prieur
Auteur de l'oeuvre originaleJacques Prevel
Société de production Archipel 33
Société de production Laura Productions
Société de production France 2 Cinéma
Société de production La Sept/Arte
Producteur déléguéDenis Freyd
Directeur de productionHélène Ducret
Directeur de productionMartine Durand
Directeur de la photographieFrançois Catonné
Ingénieur du sonDominique Dalmasso
Ingénieur du sonPierre Lorrain
Compositeur de la musique originaleJean-Claude Petit
DécorateurJean-Pierre Clech
CostumierCaroline de Vivaise
MonteurSophie Rouffio
Photographe de plateauGeorges Pastier

générique artistique

Sami Frey(Antonin Artaud)
Marc Barbé(Jacques Prevel)
Julie Jézéquel(Jany)
Valérie Jeannet(Rolande)
Charlotte Valandrey(Colette)
Clotilde de Bayser(Marthe)

Bibliographie

Synopsis

1946. Après un séjour de 9 ans à l'asile de Rodez, Antonin Artaud revient à Paris. Jacques Prevel, un jeune poète qui cherche à se faire publier, décide de le rencontrer. Il voit Artaud dans un café, entouré de ses amis. Prevel est d'emblée fasciné par ce personnage "si extralucide que ça le rend étranger". Dès lors, Prevel va régulièrement le voir à la maison de santé d'Evry d'où Artaud peut sortir librement, ou l'accompagner dans ses déambulations. Il le fournit aussi en chloral et en laudanum. En même temps qu'un disciple, Prevel devient un fantastique témoin d'Artaud: il note tout dans son journal. Comme cette violente séance de répétition, à laquelle il assiste fortuitement, entre la jeune actrice Colette Thomas et Artaud qui l'enjoint à proférer ses textes toujours plus haut et plus fort. Sans cesse, Artaud écrit dans des cahiers d'écolier, dessine à la mine de plomb, parle. Il se plaint de la multitude des ennemis qui l'envoûtent. Il reproche à Prevel de faire souffrir sa femme en la trompant avec sa maîtresse. Il se montre attentif, parfois, à ses poèmes, l'exhorte à plus de révolte. Toute la vie de Prevel est emplie par Artaud. Prevel est rongé par la tuberculose quand Artaud meurt d'un cancer le 4 mars 1948.
Copyright, 1995 CMC/Les Fiches du Cinéma
Logo

Exploitation