Les Gros bras (1964) Francis Rigaud

Pays de productionFrance
Sortie en France 1964
>> Rechercher "Les Gros bras" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurFrancis Rigaud
ScénaristeJacques Vilfrid
ScénaristeClaude Viriot
DialoguisteJacques Vilfrid
Société de production Cinéphonic
Société de production Les Activités Cinégraphiques (Paris)
Société de production Les Productions Jacques Roitfeld
Directeur de productionJean Mottet
Directeur de la photographieDidier Tarot
Ingénieur du sonRené Sarazin
Compositeur de la musique originaleMichel Magne
DécorateurOlivier Girard
MonteurGabriel Rongier
Photographe de plateauJean-Louis Castelli

générique artistique

Roger Pierre(Philippe)
Jean-Marc Thibault(Jean)
Francis Blanche(Andromèze)
Patricia Viterbo(Nicole)
Claudine Coster(Barbara)
Charles Bayard
Charles Bouillaud(le concierge)
Jacques Castelot(Otto Werner)
Daniel Ceccaldi(Giovannelli)
Yvonne Clech(Mme Andromèze)
Darry Cowl(Ludovic)
Joe Davray
Henry Djanik(Kramil)
Jean Droze(le barman)
Jean Galland(le directeur d'hôtel)
Fernand Guiot(un policier)
Jacques Legras(l'expert)
Max Montavon(le coiffeur)
Jean-Loup Philippe(Eric)
Rivers Cadet
Robert Verbecke(un policier)

Bibliographie

Synopsis

Descendant d4avion à Orly, une passagère est délestée d'un superbe bracelet de diamants que le voleur, pour passer la douane, glisse dans le sac d'une jeune fille, Nicole. Lorsque Jean, son frère, et Philippe, son fiancé, trouvent le bijou qui est tombé de son sac, ils quittent de toute urgence l'atelier de Ludovic, patron farfelu pour lequel ils réalisent des romans-photo, pour se mettre à la poursuite de leur soeur et fiancée, elle-même poursuivie par le galant voleur qui voudrait bien récupérer le précieux dépôt. Les journaux annoncent le vol du bijou et les jeunes gens comprennent que sa présence entre les mains de Nicole est fortuite. Ils se précipitent donc à l'hôtel « Prince de Galles » où est descendue l'infortunée propriétaire, Mme Andromes, pour lui rendre son bien. Celle-ci est ravie mais son mari, Brésilien explosif, l'est moins car il redoute l'expertise de la compagnie d'assurance : le bracelet est faux, l'original ayant été offert par lui à une jeune danseuse descendue au même hôtel, dont il brigue les faveurs. Il faut donc sans tarder opérer la substitution : ce sont nos deux photographes qui vont employer toutes les ressources de leur fertile imagination pour retarder l'expertise et retrouver la trace du vrai bracelet car la jeune danseuse, impécunieuse, s'en est défait et l'a remplacé par une copie. De couloirs en escaliers, ils remontent la filière, aidés de Nicole, harcelés par le bouillant Mr. Andromes, suspectés par la police. Alors qu'ils touchent au but, le bracelet, le vrai cette fois-ci, est à nouveau dérobé sous leurs yeux par le même voleur. Mais celui-ci a été reconnu par la jeune fille : poursuite échevelée à travers l'hôtel qui se termine par un passage en tornade dans les cuisines où voltigent bientôt les tartes à la crème. Le voleur, essouflé, abandonne le bijou dans un seau à Champagne : tout est bien qui finit bien. Mais justement ce n'est pas fini : notre voleur obstiné, affublé d'une barbe, réussit à se faire engager par le trépident Ludovic, ce qui lui permet de voler encore une fois le fameux bracelet à Mme Andromes qui avait accepté de figurer dans le roman-photo inspiré par sa mésaventure.
© Les fiches du cinéma 2003
Logo

Exploitation

Tournage

Dates de tournage

Début : 09 janvier 1964
Fin : 20 février 1964