Deux heures à tuer (1965) Yvan Govar

Pays de productionFrance ; Belgique
Sortie en France 1966
>> Rechercher "Deux heures à tuer" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurYvan Govar
Auteur de l'oeuvre originaleVahé Katcha
DialoguisteBernard Dimey
Société de production G.R.K. Films
Société de production Prodibel (Bruxelles)
Directeur de productionJean-Claude Bergey
Directeur de la photographiePierre Levent
Ingénieur du sonRaymond Gauguier
Compositeur de la musique originaleAndré Popp
DécorateurClaude Blosseville
MonteurAlix Paturel
Photographe de plateauRobert Cohen

générique artistique

Pierre Brasseur(Laurent)
Catherine Sauvage(Diane Damerville)
Jean-Roger Caussimon(Gabriel Damerville)
Raymond Rouleau(De Rock)
Michel Simon(L'employé de la consigne)
Julie Fontaine(Livia)
Paul Gay(Lucien)
Marcel Pérès(le chef de gare)

Bibliographie

Synopsis

A la gare d'Auvemaux, des personnages divers se retrouvent dans la salle d'attente ; ils ont manqué le train de 21 heures. Deux heures à attendre avant la prochaine correspondance pour Paris. Deux heures à tuer ! La conversation s'engage. Il est bientôt question d'un maniaque qui sème la terreur dans la localité et ses environs. Il a assassiné et violé trois femmes depuis un mois ; signe particulier : il garde l'une des chaussures de ses victimes. Un journaliste, désireux de réussir un reportage insolite, mène son enquête, tel un policier, et observe les quelques personnages silencieux qui semblent s'ignorer. Il découvre que le couple d'aristocrates qui vient d'arriver est un couple sur le point de rompre ; que le bel inconnu isolé est l'amant de Diane, la femme ; que Diane et son amant ont formé le projet de faire disparaître le mari gênant en cours de route, et qu'il serait plus simple de l'accuser d'être le sadique recherché par la police. Mais, fin limier, le journaliste ne se laisse point berner par l'étrange femme qui dénonce si facilement son triste mari, muré par surcroit dans la surdité. Le chef de gare et l'employé de la consigne, un vieil homme hideux, prennent à leur tour part à la conversation. Cet étrange vieil homme, malmené par le journaliste qui flaire en lui le coupable, se défend énergiquement. Cette longue attente sera riche en échanges d'où jaillira la vérité. Une jeune fille, au regard douloureux mais digne, apporte à son oncle, le triste vieil homme de la consigne, la seconde chaussure arrachée à l'une de ses victimes. Le journaliste avait donc flairé la vérité. Mais on le retrouve sous les roues du train de 3 heures. Il ne pourra pas parler.
© Les fiches du cinéma 2001
Logo

Exploitation

Tournage

Dates de tournage

Début : 15 février 1965
Fin : 15 mars 1965