Tant d'amour perdu (1958) Léo Joannon

Pays de productionFrance ; Italie
Sortie en France 1958
>> Rechercher "Tant d'amour perdu" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurLéo Joannon
Assistant réalisateurRoger Dallier
ScénaristeLéo Joannon
ScénaristeFrédéric Grendel
ScénaristeRoland Laudenbach
DialoguisteRoland Laudenbach
Société de production S.N.E.G. - Société Nouvelle des Établissements Gaumont
Société de production Zebra Film (Roma)
Société de production Tempo Film (Roma)
ProducteurAlain Poiré
ProducteurRoger Ribadeau-Dumas
Directeur de productionRoger de Broin
Directeur de la photographieAndré Bac
CadreurRaymond Letouzey
Ingénieur du sonRaymond Gauguier
Compositeur de la musique originaleJimmy Giuffre
Compositeur de la musique originaleMarc Lanjean
DécorateurRobert Dumesnil
CostumierPaulette Coquatrix
MaquilleurMaguy Vernadet
MonteurRobert Isnardon
MonteurMonique Isnardon
ScriptClaude Vériat
Photographe de plateauJean-Louis Castelli

générique artistique

Pierre Fresnay(Andrieu)
Franca Bettoja(Annie)
Anne Doat(Christine)
Gabriele Ferzetti(Frédéric)
Claude Titre(Michel)
Michel Bardinet(Lionel)
Marguerite Pierry(Léocadie)
Bernard La Jarrige(l'impresario)
René Bergeron(Martin)
Charles Lemontier
Hugues Aufray
Christian Lude
Maurice Varny
Made Siamé
Claire Olivier

Bibliographie

Synopsis

M. Andrieu, veuf depuis longtemps, a deux filles, Annie et Christine, auxquelles il porte une affection sans mesure. Il les gâte et sous prétexte de les rendre heureuses, leur passe tous leurs caprices. Au retour d'un camp de ski, elles lui apprennent qu'elles sont fiancées et vont se marier. Le père, d'abord surpris et peiné, cède. Un an après, nous voyons les deux jeunes maris découvrir dans leurs femmes des défauts qu'ils ne leur soupçonnaient pas. Elles les conduisent à la ruine par leurs exigences et leurs dépenses. Le père se fait une joie de payer pour eux. Un jour, Andrieu, à Concarneau, apprend qu'Annie a tenté de s'empoisonner. Il part pour Paris et finit par faire avouer à sa fille qu'elle est amoureuse d'un jeune musicien de jazz moderne, Michel Mortier, doué et ambitieux, qui veut la quitter. Le père, malgré ses principes religieux, n'a pas le courage de se montrer ferme. Il facilite le divorce et le remariage de sa fille et prend à sa charge les frais des entreprises musicales de son nouveau gendre. Mais son autre fille, Christine, se plaint d'être désavantagée et se brouille avec sa soeur. Bientôt, elle est séduite elle-même par Michel avec qui elle veut partir. Explication orageuse entre les deux soeurs. Andrieu, impuissant, voit ses deux filles lui reprocher amèrement de les avoir amenées là où elles sont : étouffées par son affection, habituées à tout avoir sans même prendre le temps de désirer quoi que ce soit, elles ont voulu se marier pour se libérer, vite, très vite. Sans même se demander qui elles épousaient. Il est responsable de leur malheur. Qu'il parte, elles ne veulent plus le voir. Andrieu part, Annie désespérée, tirera sur Michel et Christine. Le jeune homme est tué, Christine blessée à l'épaule. Andrieu paie l'avocat le meilleur, le meilleur chirurgien. mais il part désespéré.
© Les fiches du cinéma 2001
Logo

Exploitation