Faites donc plaisir aux amis (1968) Francis Rigaud

Pays de productionFrance
Sortie en France 1969
>> Rechercher "Faites donc plaisir aux amis" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurFrancis Rigaud
ScénaristeFrancis Rigaud
ScénaristeJacques Vilfrid
ScénaristeClaude Viriot
DialoguisteFrancis Rigaud
DialoguisteJacques Vilfrid
DialoguisteClaude Viriot
Société de production Filmel (Paris)
Directeur de productionAndré Cultet
Directeur de la photographiePierre Petit
Ingénieur du sonRobert Biart
Compositeur de la musique originaleBernard Gérard
MonteurGilbert Natot

générique artistique

Roger Pierre(Jean-Louis Brunel)
Christiane Minazzoli(Jacqueline)
Jean-Marc Thibault(Lucien Barjon)
Sophie Agacinski(Julie)
Francis Blanche(Maximilien)
Marcelle Arnold(Mme Baron)
Serge Benneteau
Michel Charrel(employés du garage)
Nathalie Courval
Jacques Dynam(un client)
Henri Guégan(Gaston)
Clément Harari(le médecin)
Bernard Le Coq(Jerry)
Jacques Legras(l'inspecteur)
Jacques Macari
Christian Marin(le barman)
Claudia Morin
Bernard Musson(le curé)
Robert Rollis(barman de l'auberge)
Cathy Rosier(la secrétaire)
France Rumilly(la marraine)
Élizabeth Teissier
Pierre Tornade(le mari trompé)
Roger Trapp(le bedeau)
Nono Zammit(l'agent de police)
Dominique Zardi

Bibliographie

Synopsis

Jean-Louis Brunel, joyeux drille et coureur de jupons, est vendeur de voitures pour le compte de son ami d'enfance Lucien Barjon, garagiste important, qui supporte avec indulgence ses fantaisies. Mais un beau jour, les relations affectueuses des deux amis d'enfance vont être mises à rude épreuve et vont risquer de se gâter ! Jean-Louis a un frère, Maximilien, ayant acquis une grosse fortune en Amérique Latine et devenu « roi de la conserve », et ce Maximilien annonce par télégramme son arrivée subite. Il est à Paris pour un court séjour et l'affolement de Jean-Louis est à son comble, car il a depuis plusieurs années écrit à son frère Maximilien qu'il possède à Paris un important garage, qu'il a épousé une ravissante blonde et qu'il habite un luxueux appartement, etc., etc. Il n'y a plus qu'une chose à faire ; demander à Lucien d'emprunter, au grand jour, son identité. et sa femme, pour la durée du bref séjour de Maximilien ! Lucien, bon enfant, consent, le coeur gros, à cette invraisemblable situation, et dès lors vont se multiplier les imbroglios, quiproquos rocambolesques, où Lucien, pris pour Jean-Louis, essuie les colères des maris jaloux dont les épouses ont été courtisées par le vendeur audacieux. D'autre part, l'intimité forcée et toute platonique du nouveau couple Jean-Louis et Nathalie met à son comble d'irritation le mari relégué dans la garçonnière de Jean-Louis, tandis que le lourdaud de Maximilien fait une cour empressée et maladroite à sa blonde « belle-soeur ».Mais, tout finira pour le mieux, dans une réconciliation générale, après l'élucidatîon des situations les plus loufoques.
© Les fiches du cinéma 2001
Logo

Exploitation