Liberté surveillée (1957) Henri Aisner, Vladimir Voltchek

Pays de productionFrance ; Tchécoslovaquie
Sortie en France 1958
>> Rechercher "Liberté surveillée" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurHenri Aisner
RéalisateurVladimir Voltchek
ScénaristeColette Audry
ScénaristeJoseph Picek
ScénaristeVladimir Voltchek
ScénaristeMarie Epstein
DialoguisteColette Audry
DialoguistePierre Laroche
Société de production Le Trident (Paris)
Société de production Ceskoslovensky Films (Praha)
ProducteurNino Costantini
Directeur de productionLéopold Schlosberg
Distributeur d'origine Lux Compagnie Cinématographique de France (Paris)
Directeur de la photographieVladimir Novotny
Directeur de la photographieGustave Raulet
Directeur de la photographieRaymond Picon-Borel
Ingénieur du sonLouis Hochet
Compositeur de la musique originaleLudwig Podest
DécorateurJacques Saulnier
DécorateurBoris Moravec
CostumierMonique Plotin
MonteurJean-Louis Levi-Alvares

générique artistique

Marina Vlady(Eva)
Robert Hossein(Jean-Paul Viberti)
René Lefèvre(Benoît)
Georges Nemetchek(Karel)
Paul Bisciglia(Riri)
Milos Nesvadba(Frantizek)
Ivana Devata(Mila)
Jami Blanc
Vera Schubertova(Irina)
José Varela(Lapin)
Jean-Pierre Laverne(Georges)
Jiri Novotny(Milosz)

Bibliographie

Synopsis

Un jeune homme arrive à Paris et voyant un policier prêt à le cueillir, parvient à monter dans un train en partance pour Prague. Il tombe dans une équipe sportive (lui se rend à un festival et il est pris pour le « soigneur » qu'on attendait sans le connaître. Le moniteur de l'équipe ne tarde pas à découvrir la supercherie mais, par crainte de démoraliser son équipe, il ne dit rien. Il fait comprendre au garçon qu'il n'est pas dupe mais joue le jeu loyalement avec l'espoir que l'autre finira par lui avouer qui il est et pourquoi il est poursuivi par la police. Au milieu des festivaliers de Prague, le garçon flirte avec une jeune étudiante déjà plus ou moins fiancée, et l'affaire pourrait tourner mal si le moniteur, qui s'en rend compte, ne décidait brusquement de rentrer en France. Sur le chemin du retour, où l'identité du garçon va être dévoilée, celui-ci avoue qu'il a participé à un vol de tableau et il affirme que le gardien a été tué par mégarde et qu'il est innocent de ce crime. Puis il saute du train en marche.
© Les fiches du cinéma 2001
Logo

Exploitation