La Ligne droite (1961) Jacques Gaillard

Pays de productionFrance
>> Rechercher "La Ligne droite" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurJacques Gaillard
Auteur de l'oeuvre originaleYves Gibeau
DialoguisteYves Gibeau
DialoguisteJacques Gaillard
Société de production Ajym Films (Paris)
Directeur de productionRoland Nonin
Directeur de la photographieRaymond Picon-Borel
Ingénieur du sonJean Labussière
Compositeur de la musique originalePierre Jansen
DécorateurJean-Jacques Fabre
MonteurDenise Charvein

générique artistique

Daniel Ivernel
Jean-Claude Massoulier
Janine Darcey
Guy Decomble
Suzie Hannier
Albert Rémy
Christian Melsen
Roger Van Mullem
Raymond Carrivier

Bibliographie

Synopsis

Stéphane Lambert, qui promettait de devenir un grand champion de course à pied, a, pendant les combats de la guerre, en 1940, perdu une main. Profondément traumatisé, il décide de rompre avec son passé et se fait, à son retour, marchand de journaux. Retrouvé par hasard par son entraîneur, Heckel, ce dernier obtient de lui, et avec difficulté, qu'il le suive dans sa maison vosgienne où, en compagnie de sa femme, il a pris sa retraite. Entre le jeune homme, agressif et farouche, et Heckel, paternel et orgueilleux, les heurts sont continuels. Seules, la bonne volonté et l'attention de Thérèse (la femme de Heckel) parviennent à maintenir l'équilibre. Peu à peu, cependant, et grâce à une habilité vigilante, Heckel redonne à Stéphane le goût de la performance ; Stéphane reprend son entraînement, et se trouve, assez rapidement, en mesure de disputer des compétitions. La première, peu importante, tourne court, Stéphane s'étant blessé peu après le départ. Mais sa rencontre avec Gordon, militaire noir américain, grand champion (nous sommes en 1946) va transformer la vie de Stéphane. Les deux hommes s'entraînent ensemble. Au championnat du monde, à Paris, après une course remarquable, Stéphane arrive second, derrière Gordon. Stéphane ne sera peut-être pas un très grand coureur. Mais il est sur la bonne piste et, en tout cas, il a repris le goût de vivre.
© Les fiches du cinéma 2001
Logo

Exploitation