Ces flics étranges venus d'ailleurs (1978) Philippe Clair

Pays de productionFrance
Sortie en France07 février 1979
Procédé image35 mm - Couleur
Durée95 mn
>> Rechercher "Ces flics étranges venus d'ailleurs" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurPhilippe Clair
ScénaristePhilippe Clair
ScénaristeClaire Sochane
ScénaristePhilippe Sochane
Société de production Babel Productions
Société de production Alexia Films
Producteur déléguéAnne-Marie Toursky
Producteur déléguéJean-Pierre Rawson
Directeur de productionVictor Béniard
Distributeur d'origine C.F.D.C. - Compagnie Française de Distribution Cinématographique (Paris)
Distributeur d'origine UGC - Union Générale Cinématographique
Directeur de la photographieClaude Bécognée
Ingénieur du sonJean-Claude Reboul
Compositeur de la musique originaleJean-Pierre Doering
DécorateurRené-Yves Bouty
MonteurNicole Gauduchon

générique artistique

Philippe Clair(Prosper Perez, dit Tonton Merg)
Michel Peyrelon(Le salaud respectable)
Sylvain Caruso(Le Moustachu)
Allan Debarge(Gangster)
Daniel Derval(Le pédé)
Patrice Dozier(le peureux)
Eddy Jabès
Bernard Pinet
Pierre Triboulet
Fernand Legros
Hervé Palud
Philippe Sochane
Dominique Webb
Les Treize Cloches

Bibliographie

Périodiques

Synopsis

Muté dans la gendarmerie après avoir longtemps servi dans l'armée, l'adjudant Prosper Perez dit "tonton Merguez", s'installe dans un petit village du midi. Pendant ce temps, enfin libérés de leurs obligations militaires, quelques jeunes gens du même régiment cherchent désespérément du travail. La chance ne leur sourit ni individuellement ni collectivement, aussi décident-ils de partir dans le midi avec un copain qui prétend leur avoir trouvé un "job" lucratif. Mais, victimes d'un accident, ils renoncent à leur projet au moment où intervient pour le constat leur ancien adjudant. Les effusions de joie passées, les garçons évoquent leur situation précaire à Prosper. Celui-ci leur propose alors de rentrer dans la gendarmerie. Le lendemain "tonton merguez" se retrouve face à ses anciens hommes de troupe, tous en uniforme, à l'exception toutefois de deux, qui refusent de se laisser une fois encore embrigader. Triboulet préfère devenir reporter dans le journal local et son camarade hippie choisit, lui, de "faire la manche", comme à Paris. C'est alors que grâce aux pouvoirs d'un hypnotiseur, des malfaiteurs s'emparent d'une importante somme d'argent transportée dans un fourgon blindé. Or Triboulet qui a pris des photos du hold up devient rapidement la cible des bandits, tandis que le hippie mène seul et avec efficacité l'enquête. Finalement c'est sur la brigade dans son ensemble que rejaillissent les honneurs après l'arrestation mouvementée des gangsters. Mais pour avoir verbalisé puis ridiculisé un important personnage, Prosper est nommé dans un petit hameau retiré et c'est en larmes qu'il quitte tous ses amis.
Copyright, 1995 CMC/Les Fiches du Cinéma
Logo

Exploitation