La Barricade du point du jour (1977) René Richon

Pays de productionFrance
Sortie en France 1977
>> Rechercher "La Barricade du point du jour" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurRené Richon
ScénaristeYves Oppenheim
ScénaristeRené Richon
Société de production Les Films du Point du Jour
Producteur déléguéJean-Louis Lapasset
Directeur de productionGabriel Glissant
Distributeur d'origine Lugo Films
Directeur de la photographieRamón Suárez
Ingénieur du sonMichel Brethez
Compositeur de la musique originalePascal Auberson
Compositeur de la musique originaleAntoine Duhamel
DécorateurBaptiste Poirot
CostumierFrançoise Tournafond
MonteurAnnie Baronnet

générique artistique

Anicée Alvina(Elise)
Jean-Luc Bideau(Bouillon)
Claude Brosset(Madrou)
Raymond Bussières(Jean-Baptiste)
Danièle Delorme(Le général Eudes)
Julian Negulesco(général Dombrowski)
Philippe Noiret(Eugène Pottier)
Laszlo Szabo(Léo Frankel)
Ginette Leclerc(Mme Bouroche)
Edmond Ardisson(Martégay)
Éliane Boeri(Flora)
Martine Boeri(Suzanne)
Monique Chaumette(Henriette)
Étienne Chicot(Rigault)
Henri Crémieux(Bérat)
Albert Dray(Raoul)
Paulette Dubost(Mme Lapoulle)
Pierre Forget(Turquet)
Thomas Hnevsa(Ferdinand)
Philippe Hottier(Achille Barobeau)
Bruno La Brasca(Dureteste)
Jean-Pierre Laurent(Gouvion)
Béatrice Moulin(Mme Hortense)
Chantal Pelletier(Marie)
Alain Salomon(Edgar, le peintre)
Dominique Valentin(Charlotte)
Cécile Vassort(Leila)

Bibliographie

Synopsis

La Commune de Paris, le 22 mai 1871, dans une petite rue de Montmartre. Seule, une lointaine canonnade vient troubler la nonchalante quiétude des deux petites blanchisseuses Elise et Charlotte, qui posent pour le jeune peintre Edgar. Autour du bistrot "Le Point du Jour", les propos s'échangent. Revenant des Batignolles, Madrou ramène des nouvelles: les Versaillais approchent. Robuste gaillard de la Garde Nationale, le jeune homme prend en main la direction de la construction d'une barricade. Peu à peu, tous s'y mettent, par amusement. Il y a ceux qui batifolent, insouciants, ceux dont il faut se méfier. Enfin il y a les charlatans, comme le capitaine Bouillon, bien vite mis dehors par Madrou, et par Léo Frankel, membre de la Commune. La Générale Eudes vient transmettre à M. Bérat un message de son fils, blessé. Elle est désignée comme la marraine d'une petite fille qui vient de naître et pose comme tous les gens du quartier, pour une photographie... Edgar fixe lui aussi l'événement sur sa toile. Le sentiment communautaire éclate dans une fête et un bal, la nuit suivante, où un visiteur, est acclamé et obligé de lire un de ses poèmes: c'est Eugène Pottier, auteur de "L'Internationale". Mais au matin du 23 mai, les Versaillais sont là, sur les toits.
Copyright, 1995 CMC/Les Fiches du Cinéma
Logo

Exploitation