Otalia de Bahia (1975) Marcel Camus

Pays de productionFrance ; Brésil
Sortie en France 1976
Durée116 mn
>> Rechercher "Otalia de Bahia" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurMarcel Camus
ScénaristeMarcel Camus
ScénaristeJorge Amado
Auteur de l'oeuvre originaleJorge Amado
Société de production Orphée Arts
Société de production FR3 Cinéma
Directeur de la photographieAndré Domage
Ingénieur du sonJuárez Dagoberto Costa
Compositeur de la musique originaleWalter Queiroz
Compositeur de la musique originaleAntonio Carlos
MonteurAndrée Feix

générique artistique

Mira Fonseca(Otalia)
Zeni Pereira(Tiberia)
Massu(Massu)
Jofre Soares(Coq Fou)
Marie Viana(Marialva)
Antonio Pitanga(Martin)
Paco Sanches(Curio)

Bibliographie

Périodiques

Synopsis

La Rafale, qui rêve de 400 mulâtresses qu'il ferait venir de Paris, Curio, étemel romantique cent fois amoureux, Massu, colosse qui défend l'Ygrec et sa guitare, Coq Fou, philosophe du groupe, Dona Tiberia, imposante matrone qui règne sur les filles de son accueillante maison et par dessus tout, Martim, joueur, buveur et beau garçon, composent une partie de la communauté animée de Mata-Gato, quartier de Bahia abandonné des dieux riches et des hommes bien nés. De nombreux événements secouent le clan, notamment le baptême d'un fils insoupçonné de Massu, lequel précède de peu l'attaque de Mata-Gato par la police que dirige l'infâme Miguel Cigare... Et puis, dans la maison de Dona Tiberia, est arrivée Otalia, prostituée au coeur gros comme ça, qui s'est amourachée de Martim. Hélas, poursuivi par Miguel Cigare, le jeune homme est forcé de s'enfuir. Il revient de son exil, encombré de la volcanique Marialva. Furieuse de voir Martim regarder tendrement la jolie Otalia, Marialva encourage la passion qu'éprouve Curio à son égard. Celui-ci souffre mille morts à la pensée de trahir son ami. Mais celui-ci finit par lui offrir Marialva, laquelle s'en va, furieuse, sous les huées des habitants de Mata Gato. Curio se console vite avec une voyante... Quant à Otalia et à Martim, ils s'aiment d'amour chaste et pur, trop chaste au goût du jeune homme qui préfère partir. Alors la tendre Otalia se laisse mourir peu à peu. Prévenu, Martim revient juste à temps pour épouser et enterrer sa bien-aimée, alors que la police cerne une fois de plus Mata-Gato et que le premier coup de feu claque.
© Les fiches du cinéma 2001
Logo

Exploitation

Tournage

Lieux de tournage