L'Autrichienne (1989) Pierre Granier-Deferre

Pays de productionFrance
Sortie en France 1990
>> Rechercher "L'Autrichienne" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurPierre Granier-Deferre
Assistant réalisateurPatrice Arrat
Assistant réalisateurPhilippe Roussel
ScénaristeAndré Castelot
ScénaristeAlain Decaux
Société de production Danon Audiovisuel
Société de production Lira Films (Paris)
Société de production Paradise Productions
Producteur déléguéRaymond Danon
Directeur de productionDenys Fleutot
Distributeur d'origine Neuf de Coeur Productions
Directeur de la photographiePascal Lebègue
Ingénieur du sonAlix Comte
Compositeur de la musique originaleDidier Vasseur
DécorateurJacques Saulnier
CostumierLiliane Delers
MonteurJean Ravel
ScriptFlorence Moncorgé-Gabin

générique artistique

Ute Lemper(Marie-Antoinette)
Patrick Chesnais(Herman)
Daniel Mesguich(Fouquier-Tinville)
Frédéric Van den Driessche(Chauveau-Lagarde)
Pierre Clémenti(Hébert)
Henri Attal
Christian Bouillette(Larivière)
Christophe Brault(lieutenant de Busne)
François Caron
Christian Charmetant(Tronson du Coudray)
Géraldine Danon(Rosalie)
Jean-Pol Dubois(Fabricius)
Simon Eine(Lecointre)
Michel Favory(Valaze)
Bernard Freyd(Bailly)
Vincent Grass(Roussillon)
Fred Herbault(La Tour du Pin)
Paul Le Person(Simon)
Philippe Leroy-Beaulieu(d'Estaing)
Isabelle Nanty(Reine Milliot)
Rufus(l'abbé Girard)
Bernard Spiegelstein
Dominique Zardi

Bibliographie

Synopsis

Dans la nuit du 12 octobre 1793, Marie-Antoinette de Lorraine d'Autriche, dite "l'Autrichienne" ou "la veuve Capet", dort dans son cachot. Un huissier et quatre gendarmes l'emmènent dans la grande salle du tribunal révolutionnaire où elle subit son premier interrogatoire. Le 14 octobre, commence le procès, qui dure deux jours et une nuit, pour s'achever le 16 à quatre heures du matin. Les témoins se succèdent, parmi lesquels Hébert et le fameux Père Duchesne. Défendue par les avocats Chauveau-Lagarde et Tronson du Coudray, sous la présidence de Herman, Marie-Antoinette est accusée par Fouquier-Tinville de complot et de conspiration avec l'ennemi, mais également d'avoir mené une vie pleine de perversité. Dans la solitude de son cachot, elle s'interroge sur sa vie de reine, sur les joies d'antan, son rôle de mère... Ce ne sont pas tellement le président Herman ou Fouquier-Tinville qui l'ont accablée ou blessée, tant ils sont convaincus d'accomplir impitoyablement leur devoir, mais la foule, les femmes particulièrement, les "tricoteuses", qui se nourrissent de la haine pour l'Autrichienne. Puis le verdict tombe. Elle est condamnée. Elle demande deux bougies et une feuille de papier et demande pardon à Dieu et au monde pour toutes les fautes commises. La charrette vient la chercher pour la conduire à l'échafaud dans la fraîcheur de l'aube.
Copyright, 1995 CMC/Les Fiches du Cinéma
Logo

Videos

EditeurBlacke Editions
DistributeurBlacke Editions
Annee1996
VersionVersion originale
FormatVHS - SECAM
PaysFrance
Nb/coul.Coul.
Durée97 minutes

Exploitation

Nombre total d'entrées en fin d'exclusivité (Paris)8973
Nombre de salles de sortie (Paris)6
Nombre de semaines d'exclusivité (Paris)8
Nombre d'entrée première semaine (Paris)3947

Tournage

Dates de tournage

Début : 15 mai 1989

Lieux de tournage