Les Portes de feu (1971) Claude Bernard-Aubert

Pays de productionFrance
Sortie en France 1972
>> Rechercher "Les Portes de feu" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurClaude Bernard-Aubert
Assistant réalisateurMichel Sales
Assistant réalisateurJean-Pierre Ghys
ScénaristeClaude Bernard-Aubert
ScénaristeRoger Delpey
AdaptateurClaude Bernard-Aubert
AdaptateurRoger Delpey
Auteur du commentaireBernard Noisette
Société de production Paris-France-Films
ProducteurRoger Delpey
Distributeur d'origine Alcifrance
Directeur de la photographieRaymond Lemoigne
Ingénieur du sonGérard Barra
Compositeur de la musique originaleAlain Goraguer
CostumierJean Zay
CostumierJeannine Vergne
MaquilleurRenée Coulant
MaquilleurSerge Groffe
MonteurAndrée Davanture
ScriptMadeleine Santucci
RégisseurJean-Pierre Spiri-Mercanton
RégisseurMichel Pasquet
Coordinateur des effets spéciauxGeorges Iaconelli
Maître d'armesAndré Louis
Photographe de plateauClo Ramoin

générique artistique

Dany Carrel
Annie Cordy
Emmanuelle Riva
Juliette Mills
Georges Aminel
Jacques Brunet
Ralph Spath
Alexandre Grecq
Antoine Baud
François Mirante
Jean Houbé
Jacques Balutin
Jean Vergne

Bibliographie

Périodiques

Synopsis

Le 22 octobre 1942, au cours de l'offensive lancée par Montgomery contre les troupes de Rommel, un véhicule de la 2ème brigade française se perd dans le désert. Les cinq occupants, dont un médecin et quatre infirmières: Solange, Andrée, Lili, et la "Baronne", se retrouvent prisonniers d'une unité allemande attendant un contact radio. Les infirmières, très imaginatives, feront tout ce qu'elles pourront pour ennuyer et provoquer les Allemands. Un jour, un avion anglais, parti à leur recherche, aperçoit les femmes et leur largue un message leur demandant d'attendre une colonne de secours. Les Allemands décident de tendre une embuscade à cette colonne aux "Portes de Feu" et laissent l'unité française avec un seul de leur compagnon. Le médecin, ayant compris le dessein de l'ennemi, trompe la surveillance de l'un des soldats et part, à pied, à travers le désert avec une bombe incendiaire de sa confection. Il est bientôt rejoint par Solange. Tous deux vont faire aux "Portes de Feu" du beau travail mais se feront tuer. Les trois infirmières restantes sont aux prises avec leurs gardiens, devenus particulièrement haineux. Les filles, pour retrouver leur liberté, vont adjoindre un somnifère dans la soupe des Allemands... Elles enterrent leurs armes et rejoignent leur base, écrasées par la fatigue et le chagrin.
Copyright, 1995 CMC/Les Fiches du Cinéma
Logo

Exploitation