Go Now (1996) Michael Winterbottom

Go Now

Pays de productionGrande-Bretagne
Sortie en France 1996
>> Rechercher "Go Now" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurMichael Winterbottom
Assistant réalisateurNick Laws
ScénaristeJimmy McGovern
ScénaristePaul Henry Powell
ProducteurAndrew Eaton
Producteur Revolution Films (London)
Distributeur d'origine Diaphana (Paris)
Directeur de la photographieDaf Hobson
Ingénieur du sonMartin Trevis
Compositeur de la musique originaleAlastair Gavin
Directeur artistiqueFrazer Pearce
DécorateurHayden Pearce
CostumierRachael Fleming
MonteurTrevor Waite
Coordinateur des effets spéciauxMark Turner
CascadeurRoy Alon

générique artistique

Robert Carlyle(Nick Cameron)
Juliet Aubrey(Karen)
James Nesbitt(Tony)
Sophie Okonedo(Paula)
Berwick Kaler(Sammy)
Darren Tighe(Dell)
Sean McKenzie(George)
John Brobbey(Geoff)
Sara Stockbridge(Bridget)
Tom Watson(Bill Cameron)
Barbara Rafferty(Madge Cameron)
Sean Rocks(Charlie)
Dave Schneider(un médecin)
Tony Curran(Chris Cameron)
Erin McMahon(Julie Cameron)
Michael Winterbottom

Bibliographie

Périodiques

Synopsis

> Écosse. Nick Cameron ne vit que pour ses copains et le football. Avant et après les matches, la petite bande se retrouve au pub local. Joueur calamiteux, Nick se fait copieusement sermonner par l'entraîneur et moquer par ses partenaires qui font retomber sur lui la responsabilité de leurs défaites continuelles. Plaisanteries de vestiaire, beuveries autour du billard : au total, l'ambiance est bonne.|#Il y a aussi les filles. Dans un pub, Nick rencontre Karen, qui travaille dans l'hôtellerie. Ils vivent ensemble, tout va bien. Jusqu'au jour où Nick, qui travaille sur un chantier, manque de provoquer un accident en laissant tomber un marteau d'un étage supérieur. L'outil lui a échappé. Au football, il joue de plus en plus mal, il n'y a plus de quoi plaisanter. Il a des fourmillements dans les mains. Des troubles de la vue l'amènent à consulter un ophtalmo, qui ne décèle pas d'anomalie particulière : il devra simplement porter des lunettes. Il lui fait cependant passer un scanner. Sans résultat notable.|#Mais Karen a la puce à l'oreille. Elle va à la bibliothèque municipale, consulte les encyclopédies, les banques de données. Les symptômes de Nick correspondent à ceux de la sclérose en plaque. Elle retourne voir le spécialiste, celui-ci confirme le diagnostic mais estime qu'il vaut mieux ne rien dire à Nick. Le développement de la maladie est imprévisible.|#Bientôt Nick doit marcher avec des béquilles. Les troubles s'aggravent. Karen a acheté un livre sur la sclérose en plaques et l'a dissimulé sous l'évier. Par hasard, Nick le découvre et comprend tout. Après une période de révolte et de hargne désespérée, il s'accroche à la vie. Ses parents viennent le voir. Karen lui propose de déménager pour Glasgow, afin d'être plus près d'eux. Il le prend mal, croyant qu'elle veut se débarrasser de lui. Ils se réconcilient. Nick ne veut pas être traité comme un malade : il veut que ses copains le traitent comme par le passé, ce qu'ils font, sans ménagement. Ils viennent le voir à l'hôpital. Décidé à vivre à tout prix, Nick épouse Karen.
Copyright Bibliothèque du film, 1996
Logo

Exploitation

Nombre total d'entrées en fin d'exclusivité (Paris)6624
Nombre de salles de sortie (Paris)5
Nombre de semaines d'exclusivité (Paris)4
Nombre d'entrée première semaine (Paris)3350
Nombre total d'entrée en fin d'exclusivité (France)13600