Les Ruses du diable (1965) Paul Vecchiali

Pays de productionFrance
Sortie en France 1966
Durée105 mn
>> Rechercher "Les Ruses du diable" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurPaul Vecchiali
ScénaristePaul Vecchiali
ScénaristeDenis Epstein
DialoguistePaul Vecchiali
DialoguisteDenis Epstein
Société de production Stephan Films (Paris)
Directeur de productionJean Feix
Directeur de la photographieGeorges Lendi
Ingénieur du sonRené Levert
Compositeur de la musique originaleLouis Bessières
MonteurLila Biro

générique artistique

Geneviève Thénier(Ginette Chaluzac)
Jean-Claude Drouot(Daniel)
Danièle Ajoret(Solange)
Marie Déa(Mme Marcelle)
Nicole Courcel(la patronne de la guinguette)
Michel Piccoli(L'antiquaire)
Hélène Surgère(la femme du psychiatre)
Arlette Bach
Georges Beauvilliers(Julien)
Roger Blin(Beaurepaire)
Micheline Bona
Rachel Escudero
Caline Falais
Germaine de France(Mariette)
Jacques Harden
Marc Johannes(le pied-bot)
Denise Péron
Martine Redon
Martine de Riche
Sonia Saviange
Andrée Tainsy(La mère de Ginette)
Raymonde Vattier

Bibliographie

Synopsis

Ginette, jeune cousette aux moeurs libres, reçoit pendant cinq mois un billet de 10 000 francs quotidien, dans une lettre cachetée dont elle ignore l'origine. Ses recherches auprès de diverses bonnes fortunes antérieures sont vaines. Finalement, la Jeune Ginette, d'abord troublée, puis inquiète, s'habitue fort bien à cette rente merveilleuse qui transtorme sa vie. Ayant renoncé, non sans insolence, à continuer de travailler dans un atelier de couture, elle se rend en vacances auprès de sa mère, fermière à Saint-Gervais-du-Cantal. La jeune parisienne tranche sur le milieu familial et sur ses camarades d'enfance. Elle n'est pas sans semer le trouble parmi tous les cultivateurs. Un jour, elle demande à sa mère de lui livrer le secret de sa naissance. Mise à la porte violemment par sa mère, outrée d'une telle question, et à moitié violée par le châtelain qu'elle croît être son père, Ginette revient à Paris dans la voiture d'un jeune « pays » qui devient son amant. Mais, troublé par cette fortune insolite - ces 10 000 francs quotidiens de source inconnue - il la quitte, soudain effrayé et pris de remords à l'égard de sa femme et de sea enfants. Découragée de perdre cet amour, Ginette l'est encore plus le jour où la rente cesse d'arriver ! Elle ne peut plus faire face aux dépenses engagées. Les meubles neufs, le manteau de fourrure reprennent le chemin du fournisseur. Désespérée, elle part se noyer, dans la Seine. Qui était donc ce généreux donateur anonyme ? L'explication est fournie par une petite cousette, amie de Ginette, qui avait fait paraître une annonce matrimoniale dans un journal et avait donné le nom et l'adresse de Ginette au lieu du sien. Un beau jeune homme infirme, immensément riche, heureux de l'espérance qui lui était ainsi donnée de se marier, avait envoyé 10 000 francs quotidiens à Ginette, jusqu'au jour où il l'avait vue avec un amant ! .
© Les fiches du cinéma 2001
Logo

Exploitation

Tournage

Dates de tournage

Début : 23 août 1965
Fin : 01 octobre 1965