Un merveilleux parfum d'oseille (1969) Reynald Bassi

Pays de productionFrance
Sortie en France 1969
DistributeurPathé Distribution (source : ADRC)
>> Rechercher "Un merveilleux parfum d'oseille" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurReynald Bassi
ScénaristeRené Havard
DialoguisteRené Havard
Société de production E.I.C.C.
Société de production Les Films de La Licorne (Paris)
ProducteurRaymond Borderie
Directeur de productionMireille de Tissot
Directeur de la photographieGuy Suzuki
Compositeur de la musique originaleJean Lemaire
MonteurLiliane Fattori

générique artistique

Francis Blanche(Loïc de Kerfuntel)
Françoise Rosay(Louise de Kerfuntel)
Michel Serrault(Inspecteur Le Gac)
Catherine Jourdan(Marianne)
Noël Roquevert(Guillaume de Kerfuntel)
Claude Bauthéac(le paysan)
Jean Carmet(Karl de Kerfuntel)
Hubert Deschamps(le patron d'Yves)
Hélène Dieudonné(Aline)
Jacques Dufilho(Job)
Michel Galabru
Max Montavon(le collègue d'Yves)
Patrick Préjean(Hervé)
Yves Rénier(Yves de Kerfuntel)
Claude Richard
Roger Trapp(le vendeur de petites voitures)
Véronique Verlhac

Bibliographie

Synopsis

Dès qu'il apprend la mort de son oncle, le jeune baron Yves de Kerfuntel, bureaucrate malgré lui, quitte son bureau et se venge de son chef en répandant de l'encre dans son assiette, lors de son déjeuner ! Le jeune homme se rend sans tarder au château familial. Mais c'est pour y trouver, à sa grande déception, sept autres héritiers éventuels du défunt baron. La lecture du testament surprend tout l'auditoire : le banquier lègue ses biens à l'aînée de la famille, Louise de Kerfuntel, infirme et autoritaire, qui invite ses parents à demeurer au château, mais les abasourdit en déclarant qu'elle va vivre comme une milliardaire. Yves sent alors comme un devoir la nécessité de la faire disparaître. Mais, avant qu'il mette son projet à exécution, le moteur de la petite voiture de l'infirme s'emballe et précipite la passagère dans l'étang où elle se noie. C'est sa soeur, très âgée elle aussi, qui hérite. Comme elle a le coeur malade, Yves essaie de lui faire peur en prenant l'apparence d'un fantôme. Peine perdue : Aline est charmée par l'apparition mais succombe peu après quand sa poupée préférée jaillit, comme un diable, d'un placard et s'écrase sur sa figure. Guillaume est désormais l'héritier. Passionné de recherches scientifiques, il transforme le château en laboratoire et meurt au cours d'une expérience « explosive » qui enverra au firmament une partie du toit de la demeure. C'est maintenant Loïc qui a entre ses mains l'héritage du banquier. Yves, toujours sur la brèche, le convainc de s'armer d'une vieille espingole qu'il a bourrée de poudre, car il sait que Loïc est un maniaque du Moyen Age. Mais au cours de la chasse que celui-ci a organisée, l'Inspecteur Le Gac qui y participe en ami, a vérifié l'arme et Yves en est, une fois encore, pour ses frais. C'est en montant un cheval en armure que Loïc heurtera un rouleau compresseur et sera écrasé. La série noire continue ; Karl mourra, victime d'un coup de pied de cheval, sa femme absorbera le poison que Yves destinait à Guillaume. Quand Marianne, la fille naturelle du banquier, hérite, les deux derniers descendants mâles, Yves et Hervé, s'empoisonneront mutuellement à leur insu, après qu'Hervé ait avoué être l'auteur de tous ces accidents mortels. Et Marianne, pour se remettre, boit une coupe du fameux champagne empoisonné. Si bien que c'est le domestique préféré du banquier qui hérite de tous ses biens.
© Les fiches du cinéma 2001
Logo

Exploitation