Pour un sourire (1969) François Dupont-Midy

Pays de productionFrance
Sortie en France29 avril 1970
Procédé image35 mm - Couleur
Durée95 mn
>> Rechercher "Pour un sourire" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurFrançois Dupont-Midy
ScénaristeFrançois Dupont-Midy
Auteur de l'oeuvre originaleAnna Langfusd'après le roman "Saute Barbara"
DialoguisteAlain Magrou
Société de production Alpha Films
Directeur de productionPhilippe Modave
Directeur de la photographieDaniel Vogel
Ingénieur du sonChristian Forget
Compositeur de la musique originaleFrançois de Roubaix
DécorateurEric Moulard
MonteurSylvie Blanc
Photographe de plateauVincent Rossell

générique artistique

Bruno Cremer(Michael)
Marina Vlady(Véronique)
Philippe Clay(Nicolas)
Isabelle Missud(Minna)
Florence Bolland(Barbara)

Bibliographie

Synopsis

Dans le décor désolé d'une ville en ruines pendant la guerre, marche, pistolet au poing, Michael, un déserteur. Au milieu des gravats, un homme est mort. Le silence est total. II est soudain troublé par deux voix : le soldat voit une petite fille que sa mère appelle Minna. La jeune femme disparaît un moment. La petite fille saute à la corde, insouciante, et ne s'effraie pas de voir surgir devant elle un inconnu. Le soldat revoit en un instant des bribes de son passé, sa femme, et sa fille Barbara qu'il adorait, qu'on a emmennées et qui sont mortes. Pour cet être desespéré, Minna devient Barbara. Il l'enlève et s'enfuit. Peu après, dans une maison abandonnée, il rencontre Nicolas, autre soldat qui a déserté par lassitude. A eux trois, en wagon de marchandises, puis en barque, ils passent la frontière et se retrouvent en France. Nicolas pense à ce qu'il dira à sa femme dont il est sûr pourtant qu'elle l'a trompé, Michael a trouvé un toit et du travail : la petite fille, elle, parle peu mais prononce parfois une phrase dans une langue incompréhensible où l'on devine pourtant le mot « maman ». Michael promet à « Barbara » une maison, une robe bleue, un dîner fait de desserts, la mer. Mais au centre d'accueil, les jours passent et rien ne vient. Un matin, Michael se réveille, la petite fille a disparu. Fou d'inquiétude, il la cherche dans toute la ville et la trouve auprès d'une jeune femme qu'il a rencontrée par deux fois sans oser l'aborder. Celle-ci a compris que Michael était un déserteur, que Minna n'est pas sa fille. Elle aussi attendait un soldat, un soldat qui n'est pas revenu. Elle aussi était seule jusqu'à aujourd'hui. Michael se sent revivre ; un chien gambade ; les gens sourient ; dans le tramway, Nicolas et sa femme s'embrassent. A moins que tout cela n'ait été qu'un rêve, que nous n'ayons pas quitté le village en ruines, que Nicolas ne soit que ce mort étendu sur les gravats. La mère de Minna est là qui l'appelle : elle ressemble à la jeune femme du rêve. La petite fille obéit et va vers elle. Mais il aura suffit de quelques secondes pour que Michael réapprenne à vivre. Pour un regard de petite fille. Pour un sourire. Il s'éloigne seul.
© Les fiches du cinéma 2003
Logo

Exploitation

Tournage

Dates de tournage

Début : 27 février 1969
Fin : 31 mars 1969