Stupeur et tremblements (2002) Alain Corneau

Pays de productionFrance
Sortie en France12 mars 2003
Procédé image35 mm - Couleur
Durée107 mn
DistributeurTamasa Distribution (source : ADRC)
>> Rechercher "Stupeur et tremblements" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurAlain Corneau
ScénaristeAlain Corneau
Auteur de l'oeuvre originaleAmélie Nothombd'après le roman "Stupeur et tremblements"
AdaptateurAlain Corneau
Société de production Les Films Alain Sarde
Société de production Divali Films
Société de production France 3 Cinéma
ProducteurAlain Sarde
Producteur exécutifChristine Gozlan
Directeur de productionFrédéric Blum
Distributeur d'origine Bac Films
Directeur de la photographieYves Angelo
Ingénieur du sonPierre Gamet
Ingénieur du sonGérard Lamps
Compositeur de la musique préexistanteJean-Sébastien Bach
MonteurThierry Derocles

générique artistique

Sylvie Testud(Amélie)
Kaori Tsuji(Fubuki)
Tarô Suwa(Monsieur Saito)
Bison Katayama(Monsieur Omochi)
Yasunari Kondo(Monsieur Tenshi)
Sokyu Fujita(Monsieur Haneda)
Gen Shimaoka(Monsieur Unaji)
Heileigh Gomes(Amélie, enfant)
Eri Sakai(Fubuki, enfant)

Bibliographie

Synopsis

Née au japon, profondément attachée à ce pays dont elle fut arrachée à l'âge de cinq ans, Amélie a vingt-deux ans quand elle décroche un contrat d'un an comme interprète chez Yumimoto, une énorme entreprise de Tokyo. Elle fait la connaissance de ses supérieurs hiérarchiques : le colossal Omochi, sumo colérique, le rigide Saito et surtout la sublime Fubuki Mori, sa chef directe, dont la beauté la fascine incontinent. Sans affectation précise, Amélie-san est cantonnée à des tâches subalternes. Elle qui se sent si niponne accumule, par sa bonne volonté débordante, les erreurs et les entorses au code mystérieux et tacite qui régit les rapports humains au sein du bureau. Pour échapper à l'ennui suave et mortel de ses fonctions de porteuse de café, avanceuse de calendrier et photocopieuse, elle accepte de faire une étude pour le sympathique Tenshi et déclenche les foudres de Omochi mais surtout la haine jalouse de Fubuki, jusque là affable. Dès lors les mesures de rétorsion font de sa vie un enfer. Contrainte à une bestiale vérification comptable, elle manque y perdre une nuit la raison. L'humiliation ultime sera consommée quand elle sera postée dame-pipi ! Avec une résistance cette fois toute niponne, elle restera jusqu'au bout, sauvée par ses fantasmes et une baie vitrée surplombant la ville. Revenue en Belgique, elle deviendra l'écrivain qu'elle devait être.
© LES FICHES DU CINEMA 2003
Logo

Exploitation