Ong Bak (2002) Prachya Pinkaew

Ong Bak

Pays de productionThaïlande
Sortie en France07 avril 2004
Procédé image35 mm - Couleur
Durée107 mn
DistributeurEuropa Corp Distribution (source : ADRC)
>> Rechercher "Ong Bak" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurPrachya Pinkaew
ScénaristeSuphachai Sittiaumponpan
Société de production Baa-Ram-Ewe Productions
Société de production Sahamongkol Film International (Bangkok)
ProducteurPrachya Pinkaew
ProducteurSukanya Vongsthapat
Producteur associéSomsak Jiewsuwan
Producteur exécutifSomsak Techaratanaprasert
Directeur de productionWararit Polcharoen
Distributeur d'origine EuropaCorp Distribution
Directeur de la photographieNuttawut Kittikun
DécorateurArkadech Kaewkotara
CostumierWorathon Kritsanaklin
MonteurThanapat Taweesuk
MonteurThanat Sunsin
CascadeurPanna Rittikrai
Régleur des combatsPanna Rittikrai
Régleur des combatsTony Jaa

générique artistique

Tony Jaa(Ting)
Petchthai Wongkamlao(George)
Pumwaree Yodkamol(Muay Lek)
Rungrawee Borrijindakul(Ngek)
Chetwut Wacharakun(Peng)
Wannakit Siriput(Don)
Suchoa Pongvilai(Komtuan)
Chattapong Pantanaunkul(Saming)
Pornpimol Chookanthong(Mae Waan)
Chumporn Teppitak(l'oncle Mao)
Sukanya Kongkawong(la serveuse)
Bunsri Yindee(Yai Hom)
Worranat Tantipidok(Pra Cru)

Bibliographie

Sites Internet

Synopsis

Le village thaïlandais de Nong Pradu est en émoi : la statue de sa divinité, le Bouddha Ong-Bak, a été partiellement détruite alors même que la fête qui doit l'honorer et donner la prospérité au village approche à grands pas. Le coupable est très vite identifié : c'est Don, un marchand d'art peu scrupuleux qui s'est emparé de la tête du Bouddha. Quelqu'un doit absolument se lancer à sa poursuite afin de la récupérer avant la date fatidique du début des festivités, faute de quoi le malheur s'abattra sur Nong Pradu. Le jeune Ting se porte volontaire : il a été élevé par un moine et maîtrise parfaitement l'art du Muay Thaï, une technique de combat à laquelle rien ne résiste. Le jeune homme part donc pour Bangkok, porteur d'une lettre destinée au fils de l'un des villageois, qui s'empresse de détrousser le provincial dès son arrivée dans la capitale. Afin de récupérer son argent, Ting suit l'homme, un flambeur, escroc à la petite semaine, qui se fait appeler George, jusqu'à un club de boxe clandestin où les paris vont bon train. Il est obligé de se battre et est remarqué par le patron du lieu, qui n'est autre que le commanditaire du vol de la tête d'Ong Bak. La poursuite est lancée, ponctuée de nombreux combats dont Ting et George, qui se reprend de loyauté, jusqu'à la mort, pour son village, sortent finalement vainqueurs. Nong Pradu est sauvé.|#|#
© LES FICHES DU CINEMA 2005
Logo

Exploitation