C'est pas tout à fait la vie dont j'avais rêvé (2004) Michel Piccoli

Pays de productionFrance
Sortie en France18 janvier 2006
Procédé image35 mm - Couleur
Durée75 mn
DistributeurLe Petit Bureau (source : ADRC)
>> Rechercher "C'est pas tout à fait la vie dont j'avais rêvé" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurMichel Piccoli
Assistant réalisateurFabrice Camoin
ScénaristeMichel Piccoli
ScénaristeLudivine Clerc
DialoguisteMichel Piccoli
DialoguisteLudivine Clerc
Société de production Gémini Films (Paris)
Société de production Arte
ProducteurPaulo Branco
Directeur de productionNicolas Picard
Distributeur d'origine Gémini Films (Paris)
Directeur de la photographieSabine Lancelin
Ingénieur du sonPhilippe Morel
Ingénieur du sonDominique Hennequin
Compositeur de la musique originale Arno
DécorateurYves Fournier
CostumierPierre Canitrot
MaquilleurJosé Romero
CoiffeurJosé Romero
MonteurCatherine Quesemand
ScriptCharlotte Girard
RégisseurJean-Luc Lucas
Directeur de castingMarion Touitou

générique artistique

Roger Jendly(le mari)
Michèle Gleizer(la femme)
Elisabeth Margoni(la maîtresse)
Monique Éberlé(la gouvernante)
Nicolas Barbot(le petit garçon)

Bibliographie

Synopsis

Un homme âgé, très élégant, déguste du vin et un en-cas sur l'escalier d'une plage nordique. Face à lui, deux femmes portant des talons hauts, escaladent tant bien que mal des rochers. Dans un appartement parisien très bourgeois, l'homme prépare une liste afin de revendre de l'argenterie, et reçoit un colis contenant deux petites fioles médicales. L'argenterie est nettoyée, il offre un bon vin à sa gouvernante et lui demande de l'accompagner pour le transport. Il se rend alors dans une garçonnière pour rejoindre sa maîtresse. Ils jouent ensemble dans un décor rempli d'animaux africains empaillés. Quand il n'a pas d'excuses pour sa femme, l'homme prétend aller à son "cercle", un club de bridge huppé. Une fois par semaine, le jour où l'homme donne leur paye à sa femme et à sa gouvernante, le couple reçoit un petit garçon que sa mère laisse sur le pas de la porte. L'enfant joue avec les soldats de plomb de son grand-père avant d'être emmené au parc pour voir Guignol. Là, les marionnettes représentent l'homme âgé, sa femme, sa maîtresse... Le quotidien de l'homme suit son cours, mais la femme se doute de quelque chose. Elle suit son mari, qui emmène sa maîtresse au restaurant, lui porte des fleurs... L'homme joue au scrabble au lieu d'emmener ses femmes à la plage. Plus tard, sa femme meurt d'un malaise. L'homme revoit ses femmes sur la plage, escaladant les rochers.
© LES FICHES DU CINEMA 2006
Logo

Exploitation