Nuit noire, 17 octobre 1961 (2004) Alain Tasma

Pays de productionFrance
Sortie en France19 octobre 2005
Procédé image35 mm - Couleur
Durée106 mn
DistributeurTamasa Distribution (source : ADRC)
>> Rechercher "Nuit noire, 17 octobre 1961" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurAlain Tasma
ScénaristePatrick Rotman
ScénaristeAlain Tasma
ScénaristeFrançois-Olivier Rousseau
Société de production Cipango Films (Paris)
ProducteurThomas Anargyros
ProducteurEdouard de Vésinne
Distributeur d'origine Les Acacias (Paris)
Directeur de la photographieRoger Dorieux
Compositeur de la musique originaleCyril Morin
DécorateurÉmile Ghigo
MonteurMarie-Sophie Dubus

générique artistique

Clotilde Courau(Sabine)
Thierry Fortineau(le préfet Papon)
Jean-Michel Portal(Martin)
Ouassini Embarek(Abde)
Atmen Kelif(Tarek)
Florence Thomassin(Nathalie)
Vahina Giocante(Marie-Hélène)
Philippe Bas(Delmas)
Lyèce Boukhitine(le voisin d'Abde)
Aurélien Recoing(Somveille)
Jalil Naciri(Maurice)
Serge Riaboukine(Tierce)
Marie Denarnaud(Isabelle Martin)
Frank Berjot(le policier dans le commissariat)
Abdelhafid Metalsi(Ali Saïd)
Jean-Michel Fête(Bertaut)
Matthias Van Khache(Jojo)
Michel Trillot(Marcel)
Michel Scotto di Carlo(Level)
Alain Rimoux(Chaix)
Luc Palun(Monsieur René)
Grégoire Oestermann(Nicolas)
Nicolas Jouhet(Ginet)
Stefan Elbaum(Favre)
Guillaume Cramoisan(le médecin du centre de tri)
Alexandre Carrière(l'infirmier du centre de tri)
Pierre-Alain Chapuis(le ministre Frey)
Hocine Choutri(Ahmed)
Loïc Brabant(Legay)
Bruno Abraham-Kremer(le patron d'Abde)
Antoine Chain

Bibliographie

Synopsis

Martin, jeune policier à Nanterre, s'apprête à démissionner. Nous sommes à l'automne 1961 et les agressions, de Maghrébins comme de policiers, se multiplient. Abde, jeune ouvrier algérien, tente de s'insérer en suivant assidûment les classes du soir de la ravissante Marie-Hélène. "Maurice", chef clandestin du FLN, aidé par Nathalie, organise quelques opérations coups de poing pour contraindre l'État français à négocier un accord de paix à Alger. Lorsqu'un collègue de Martin est abattu sous ses yeux, ce dernier se radicalise. La police bénéficie d'ailleurs d'une réelle impunité puisque le préfet de Paris, Maurice Papon, l'encourage à rendre coup pour coup, et décrète le couvre-feu pour les FMA (Français Musulmans d'Algérie), incitant implicitement à la répression au faciès. Pour faire pression pacifiquement, le FLN organise une manifestation géante, la nuit du 17 octobre. Les policiers reçoivent l'ordre de stopper à tout prix les manifestants. Martin est le premier à tirer sur des hommes et des femmes désarmés. Peu après son oncle, victime d'une ratonnade, Abde meurt lors de cette nuit sanglante. Comme lui, des centaines d'Algériens sont torturés ou portés disparus. Par hasard, une journaliste filme les événements. Ses images lui seront enlevées de force, par les services secrets, et le silence sera fait sur la réalité des actes de la police.
© LES FICHES DU CINEMA 2005
Logo

Exploitation