Sorstalanság (2004) Lajos Koltai

Etre sans destin

Pays de productionHongrie ; Allemagne ; Grande-Bretagne
Sortie en France03 mai 2006
Procédé image35 mm - Couleur
Durée135 mn
DistributeurFilms Sans Frontières (Les) (source : ADRC)
>> Rechercher "Sorstalanság" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurLajos Koltai
ScénaristeImre Kertészd'après son roman "Etre sans destin"
Société de production Hungarian Motion Picture
Société de production Magic Média
Société de production EuroArts Entertainment Filmproduktions GmbH (Berlin)
Société de production Renegade Films
Société de production Hungarian Television
ProducteurAndras Hamori
ProducteurPeter Barbalics
ProducteurIldiko Kemeny
ProducteurJonathan Olsberg
Producteur exécutifLászló Vincze
Producteur exécutifBernd Hellthaler
Producteur exécutifRobert Buckler
Distributeur d'origine Les Films sans Frontières
Directeur de la photographieGyula Pados
Ingénieur du sonSimon Kaye
Compositeur de la musique originaleEnnio Morricone
Directeur artistiqueTibor Lazar
DécorateurMiklós Molnár
CostumierGyorgyi Szakacs
MonteurHajnal Sello

générique artistique

Marcell Nagy(Gyuri Köves)
Áron Dimény(Bandi Citrom)
András M. Kecskés(Finn)
József Gyabronka(l'homme malchanceux)
Endre Harkányi(Old Kollmann)
Daniel Craig(le sergent de l'US Army)
Béla Dóra(Smoker)
Bálint Péntek(Pretty boy)
Peter Fancsikai(Old Kollmann)
Zsolt Dér(Rozi)
Dani Szabó(Moskovich)
Tibor Mertz(Fodor)
Peter Vida(Lenart)
Ildiko Molnár

Bibliographie

Synopsis

Budapest, 1944. Un commerçant juif, réquisitionné par les Allemands, vend tous ses biens à un ami hongrois "bien intentionné" et fait ses adieux à sa famille. Son fils, Gyuri, dit Gyurka, 15 ans, pleure. Dans un autobus, Gyurka et ses camarades de travail sont arrêtés par un policier hongrois. Ils sont entassés dans un train où les gardiens refusent de leur donner de l'eau, et arrivent dans un lieu au nom imprononçable : Auschwitz-Birkenau. Au tri, Gyurka se prétend plus âgé qu'il n'est. Il est transféré à Buchenwald, puis au petit camp de Zeitz. Un compatriote le soutient pendant les longues heures de garde-à-vous. Il a tellement froid qu'il ne se lave plus. Son copain lui donne sa veste. Il ne peut plus tenir debout, tant son genou s'est infecté. Il est emmené à l'infirmerie, tenu pour mort. Mais les Américains sont arrivés et il est soigné. Un soldat juif américain ne peut le dissuader de rentrer en Hongrie. À Budapest, il tente en vain de retrouver son ami. Dans le tramway, un homme lui paie son billet. Il lui demande ce qu'il ressent depuis son retour : "de la haine", dit Gyurka. Il rentre chez lui : son appartement est occupé. Des voisins juifs l'accueillent : son père est mort et sa belle-mère s'est remariée avec le bienveillant acheteur des biens de son père. "Tout aurait pu se passer autrement", dit-il.
© LES FICHES DU CINEMA 2006
Logo

Exploitation