Marley (2011) Kevin Macdonald

Marley

Pays de productionEtats-Unis ; Grande-Bretagne
Sortie en France13 juin 2012
Procédé image35 mm - Couleur
Durée144 mn
>> Rechercher "Marley" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurKevin Macdonald
Société de production Tuff Gong Pictures (Kingston)
Société de production Shangri-La Entertainment
ProducteurSteve Bing
ProducteurCharles Steel
CoproducteurZach Schwartz
Producteur associéNeville " Bunny Wailer " Livingston
Producteur associéSuzette Newman
Producteur exécutifZiggy Marley
Producteur exécutifChris Blackwell
Directeur de productionGeraldine Hawkins
Distributeur d'origine Wild Side Films
Distributeur d'origine Le Pacte (Paris)
Directeur de la photographieAlwin Kuchler
Directeur de la photographieMike Eley
Ingénieur du sonGlenn Freemantle
MonteurDan Glendenning

générique artistique

Margaret James(dans son propre rôle)
Hugh Creek " Sledgo " Peart(dans son propre rôle)
Cedella Marley Booker(dans son propre rôle)
Neville " Bunny Wailer " Livingston(dans son propre rôle)
Imogene Wallace(dans son propre rôle)
Lloyd " Bread " McDonald(dans son propre rôle)
Desmond " Desi " Smith(dans son propre rôle)
Alvin " Seeco " Patterson(dans son propre rôle)
Jimmy Cliff(dans son propre rôle)
Clive Chin(dans son propre rôle)
Chris Blackwell(dans son propre rôle)
Aston Barrett(dans son propre rôle)
Bob Andy(dans son propre rôle)
Dudley Sibley(dans son propre rôle)
Neville Garrick(dans son propre rôle)
Rita Marley(dans son propre rôle)
Danny Sims(dans son propre rôle)
Cindy Breakspeare(dans son propre rôle)
Edward Seaga(dans son propre rôle)
Conroy Cooper(dans son propre rôle)
Evelyn " Dotty " Higgin(dans son propre rôle)
Derek Higgin(dans son propre rôle)
Ibis Pitts(dans son propre rôle)
Judy Mowatt(dans son propre rôle)
Allan " Skill " Cole(dans son propre rôle)
Lee Jaffe(dans son propre rôle)
Donald Kinsey(dans son propre rôle)
Lee " Scratch " Perry(dans son propre rôle)
Carlton " Santa " Davis(dans son propre rôle)
David " Ziggy " Marley(dans son propre rôle)
Constance Marley(dans son propre rôle)
Peter Marley(dans son propre rôle)
Cedella Marley(dans son propre rôle)
Pat Williams(dans son propre rôle)
Diane Jobson(dans son propre rôle)
Tony Welch(dans son propre rôle)
Nancy Burke(dans son propre rôle)
Junior Marvin(dans son propre rôle)
Carlton Fraser(dans son propre rôle)
Dennis Thompson(dans son propre rôle)
Pascaline Bongo Ondimba(dans son propre rôle)
Eddie Sims(dans son propre rôle)
Marcia Griffiths(dans son propre rôle)
Waltraud Ullrich(dans son propre rôle)

Bibliographie

Synopsis

Bien au-delà du cercle déjà notable des amateurs de reggae, chacun a en tête son petit Bob Marley illustré : la beauté de ses traits, ses dreadlocks dansants - beaucoup de gens ont appris avec lui ce qu’ils signifiaient - l’engagement politique et religieux dont ses chansons étaient grosses, son amour du football et du cannabis, le cancer enfin qui devait l’emporter prématurément, à 36 ans. Prosaïquement intitulé Marley, le film que lui consacre Kevin Macdonald (Le Dernier roi d’Écosse) jette-t-il un éclairage inédit sur cette figure, entrée, comme d’autres avant elle, dans la légende ? La réponse est non. À l’exception - c’est un comble ! - de la dimension musicale du personnage, qui semble ne pas intéresser beaucoup le cinéaste, ces 144 minutes décomptées en un portrait relativement distant détaillent pourtant sous tous les angles la brève trajectoire de l’icône planétaire qu’est devenu l’auteur d’Exodus. À commencer par ses origines familiales, lesquelles stipulent que Robert Nesta Marley, né en 1945, était le fils de Cedella Booker, une jeune noire jamaïcaine, et de Norval Marley, fonctionnaire colonial britannique dont la famille n’acceptera jamais la liaison, la progéniture pas davantage. À ce propos, le film ne rate pas l’occasion de démontrer avec brio - et sans aucun recours aux mathématiques - que ses origines métissées, le rejet consécutif dont il sera victime, tiendront un rôle de premier plan dans la vie comme dans l’engagement politique du musicien. De sa formation musicale en revanche, de la création des Wailers, de la première partie de sa carrière, qui suit l’évolution musicale de l’île, du ska au reggae en passant par le rocksteady, jusqu’à la rencontre déterminante avec Chris Blackwell (avant laquelle Marley a, ce n’est pas rien, enregistré ou contribué à plus de 300 titres), du saut dans la célébrité planétaire qui allait en résulter, le film, sans le négliger pour autant, paraît le traiter comme donnée parmi d’autres. Au profit, par exemple, de ses multiples conquêtes féminines qui, étrangement, semblent coexister sans psychodrame ni amertume. Celle-ci s’exprime davantage dans le témoignage des enfants, de Cedella Marley en particulier, la première de ses filles reconnues, dont la colère intériorisée devient, au fil de ses apparitions, assez touchante. Ou bien dans les paroles de Bunny Wailer, dernier survivant des Wailers, dont on n’est pas loin de deviner la déception d’avoir été passé à la trappe. Si à l’image de quantité de documentaires anglo-saxons, il n’est pas interdit d’en vouloir à Marley d’être sur-découpé, sur-monté, de procéder par bribes, de se montrer incapable de laisser durer le moindre plan et de balayer une vie à la vitesse d’une offensive militaire, le film devient tout à fait passionnant quand vient le moment d’évoquer le mélanome qui, à la suite d’un long calvaire, finira par emporter le musicien. Marley se mue dès lors en un formidable documentaire sur l’état de l’oncologie à la toute fin des années 1970, sur un corps absolument martyrisé par ce qui, médicalement parlant, se faisait de mieux à l’époque, avec pour objectif des perspectives de guérison à peu près nulles.
© LES FICHES DU CINEMA 2012
Logo

Exploitation