Je t'aime, je t'aime (1967) Alain Resnais

Pays de productionFrance
Sortie en France26 avril 1968
Procédé image35 mm - Couleur
Durée91 mn
DistributeurLes Grands Films Classiques c/o Théâtre du temple (source : ADRC)
>> Rechercher "Je t'aime, je t'aime" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurAlain Resnais
ScénaristeJacques Sternberg
DialoguisteAlain Resnais
DialoguisteJacques Sternberg
Société de production Parc Films (Paris)
Société de production Fox-Europa (Paris)
ProducteurMag Bodard
Directeur de productionPhilippe Dussart
Directeur de la photographieJean Boffety
Ingénieur du sonAntoine Bonfanti
Compositeur de la musique originaleKrzysztof Penderecki
Directeur artistiqueJacques Dugied
DécorateurEric Simon
MonteurAlbert Jurgenson
MonteurColette Leloup
ScriptSylvette Baudrot

générique artistique

Claude Rich(Claude Ridder)
Olga Georges-Picot(Catherine)
Anouk Ferjac(Wianna Lust)
Alain MacMoy(André Moyens)
Vania Vilers(Jacques Rhuys)
Ray Verhaeghe(Paul Goofers)
Van Doude(Jean Rouffer, le chef du centre de recherches de Crespel)
Yves Kerboul(Antoine Kammers)
Dominique Rozan(le docteur Haesserts)
Annie Bertin(Hélène Wiertz)
Jean Michaud(Pierre Van Herrswingels)
Claire Duhamel(Jeanne Swolfs)
Bernard Fresson(Bernard Hennecart)
Sylvain Dhomme(Louis Lambert)
Irène Tunc(Marcelle Hannecart)
Alan Adair(un inspecteur de Glasgow)
Gérard Lorin(Guy Puyaubert, le dentiste)
Annie Fargue(Agnès de Smet)
Marie-Blanche Vergne(Marie-Noëlle Demoon)
Jean Martin(Henri Troots)
Jean-Louis Richard(l'ami du wagon-restaurant)
René Bazart(un employé d'édition)
Carla Marlier(Christine Yseux)
Jacques Doniol-Valcroze(Francis Devos)
Pierre Motte(Edouard Monnot)
Ben Danou(le docteur Uyttenhoeff)
Yvette Étiévant(Germaine Coster)
Michèle Blondel(une secrétaire)
Billy Fassbender
Pierre Barbaud(Georges Levino)
Hélène Callot(Odile Piquet)
Michel Choquet(l'homme au masque)
Georges Jamin(le docteur Delacroix)
Francis Lacassin(un éditeur)
Ian McGregor(un inspecteur de Glasgow)
Michèle Manceaux(une invitée de la réception)
Guylène Péan(une femme dans le bar)
jean Perre(Frédéric Poels)
François-Régis Bastide(Hubert Brun)
Alain Robbe-Grillet(Hugues Mechelynk)
Catherine Robbe-Grillet(Maryse de Neten)
Jean-Claude Romer(un invité de la réception)
Alain Tercinet(un invité de la réception)
Bernard Valdeneige(un éditeur)
Georges Walter(un éditeur)
Jorge Semprún

Bibliographie

Synopsis

Un jeune désespéré sort de l'hôpital après un suicide manqué. Il est mis en présence de deux hommes mystérieux, mais apparemment sympathiques, qui l'invitent à monter en voiture. Il va vivre, lui disent-ils, une expérience unique dans l'histoire de l'humanité. Plus par lassitude et indifférence que par un réel intérêt, Claude Ridder les suit. Il est conduit dans un centre ultra-moderne de recherches sur le Temps, maquillé en centre d'études agronomiques. L'expérience sans précédent que lui proposent les savants est de revivre une minute de son passé, située il y a un an. Pour cela, ils l'enferment dans une sphère insonorisée, installée dans un sous-sol au milieu des instruments compliqués de ses observateurs. Le jeune homme est donc projeté dans le passé. Mais loin de n'y rester qu'une minute, il y séjournera plus d'une heure, revoyant toute sa vie par flashes significatifs et parfois répétitifs. Il revoit ses différentes positions sociales : magasinier, directeur de collection, écrivain. Mais surtout, c'est sa rencontre avec Catherine qui est le pivot de sa vie : elle venait se présenter pour une place de secrétaire quand Ridder la vit pour la première fois et tomba immédiatement amoureux d'elle. Son inaptitude à la vie sociale, son indifférence aux réalités concrètes en faisaient pour Claude une créature de rêve. Mais, malheureusement, elle parvint à l'entraîner, d'une façon quasi maléfique, dans son rêve à elle. Fortement dépressive, hantée par l'obsession indéracinable de la mort, elle la coupa peu à peu de ses anciennes relations, de son milieu, bref de la vie. Ridder sent qu'elle l'entraine dans un gouffre. Lors d'un séjour à Glasgow, il médite de la tuer. Et peu après elle meurt, victime d'une asphyxie. Au point de confusion mentale où elle l'avait amené, Claude ne sait même plus s'il s'est agi d'un accident ou d'un meurtre préparé par lui. Bn tous cas, la vie sans Catherine lui est impossible, et il se suicide d'un coup de revolver en pleine poitrine. Les savants ne retrouvent pas Ridder dans la sphère, mais sur une pelouse à l'extérieur du laboratoire. La poitrine en sang, il a revécu son suicide. Vivra-t-il, est-il déjà hors de la communauté des hommes, personne ne saurait le dire.
© Les fiches du cinéma 2001
Logo

Exploitation

Tournage

Dates de tournage

Début : 04 septembre 1967
Fin : 10 novembre 1967