Un genio, due compari e un pollo (1975) Damiano Damiani

Un génie, deux associés, une cloche

Pays de productionItalie ; France ; République fédérale d'Allemagne
Sortie en France21 janvier 1976
Procédé image35 mm - Couleur
Durée120 mn
DistributeurPathé Distribution (source : ADRC)
>> Rechercher "Un genio, due compari e un pollo" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurDamiano Damiani
Réalisateur seconde équipeGiuliano Montaldo
Assistant réalisateurStefano Rolla
Assistant réalisateurStefano Vicario
ScénaristeDamiano Damiani
ScénaristeErnesto Gastaldi
ScénaristeFulvio Morsella
Auteur de l'oeuvre originaleErnesto Gastaldid'après une histoire
Auteur de l'oeuvre originaleFulvio Morsellad'après une histoire
Société de production Rafran Cinematografica
Société de production AMLF (Paris)
Société de production Rialto Film Preben Philipsen Filmproduktion und Filmvertrieb GmbH (Hamburg)
ProducteurJean Gontier
ProducteurClaudio Mancini
ProducteurFulvio Morsella
Producteur exécutifSergio Leone
Directeur de productionFranco Coduti
Directeur de productionClaudio Cuomo
Directeur de productionVasco Mafera
Distributeur d'origine AMLF (Paris)
Directeur de la photographieGiuseppe Ruzzolini
CadreurAlessandro Ruzzolini
Ingénieur du sonGaetano Testa
MixeurFausto Ancillai
Compositeur de la musique originaleEnnio Morricone
Créateur des décorsFrancesco Bronzi
Créateur des décorsCarlo Simi
Directeur artistiqueFrancesco Bronzi
Directeur artistiqueCarlo Simi
DécorateurMassimo Tavazzi
CostumierFranco Carretti
MaquilleurMaurizio Giustinipour Terence Hill
MaquilleurPierantonio Mecacci
CoiffeurFausto De Lisiopour Terence Hill
CoiffeurGrazia De Rossi
MonteurNino Baragli
ScriptVittoria Vigorelli
Coordinateur des effets spéciauxGiovanni Corridori
Coordinateur des effets sonoresRoberto Arcangeli
Coopérateur techniqueSergio Leone
Photographe de plateauFranco Vitale

générique artistique

Terence Hill(Joe Thanks, dit Personne)
Miou-Miou(Lucy)
Robert Charlebois(Steamengine Bill)
Patrick McGoohan(le major Cabot)
Raimund Harmstorf(le sergent Milton)
Piero Vida(Jacky Roll)
Rik Battaglia(le capitaine)
Mario Valgoi(Thomas Trader)
Mario Brega(le conducteur de la dilligence)
Friedrich Ledebur(Don Felipe)
Jean Martin(le colonel Pembroke)
Klaus Kinski(Doc Foster)
Clara Colosimo(la ruffiana)
Fernando Cerulli(le mari de la ruffiana)
Benito Stefanelli(Mortimer)
Renato Baldini(le shérif dans le saloon)
Roy Bosier(Jeremy)
Gérard Boucaron(l'idiot du village)
Miriam Mahler(la fille de Pembroke)
Vittorio Fanfoni(le gardien de prison)
Deogratias Huerta(le sergent de l'Union)
Karl Braun(le joueur de poker)
Lina Franchi(Mary Gomez)
Pietro Torrisi(l'homme de main de Mortimer)
Carla Cassola
Armando Bottin
Valerio Ruggeri
Edmondo Tieghi

Bibliographie

Synopsis

Il a toujours existé sur Terre des gens mal intentionnés. Un exemple parmi cent autres : le major Cabot qui, installé dans le fort de San Cristobal afin de s'approprier les biens des tribus indiennes avoisinnantes, fait accuser ces derniers de meurtres qu'il organise lui-même. Tandis qu'il ourdit ses méfaits avec des mercenaires à la peau artificiellement colorée, un certain Joe Mercy arrive dans la petite ville voisine de San Cristobal, en même temps que le général Penbroke, venu avec sa fille prendre en charge les 300 000 dollars collectés par le major Cabot. Au courant de la transaction, Joe, qui vit d'expédients (il fait la quête après les duels spectaculaires qu'il ne manque pas de remporter) décide d'accaparer cette petite fortune. Pour cela, il s'allie à « Locomotive », un Indien qui renie farouchement ses origines, et à Lucy, la compagne de ce dernier. Avec une barbe postiche qui le fait ressembler à Penbroke, « Locomotive » tente de se faire remettre, par Cabot, les 300 000 dollars. Mais, vite percé à jour, il est jeté en prison avec Lucy. Joe les y rejoint, non sans avoir réussi à faire croire à Cabot qu'une grotte voisine du fort recèle de l'or. Intéressé, le major fait aussitôt signer un contrat aux Indiens, qui leur cède force territoires en échange de ladite grotte. qui se révèle sans valeur. Furieux d'avoir été joué, Cabot, avec ses 300 000 dollars comme appât, force « Locomotive » et Lucy à « piéger » Joe qui s'est évadé. Peine perdue : c'est « Locomotive » qui s'emparera des billets. Il faudra une poursuite épique entre « Locomotive » et Joe jusqu'au chemin de fer de l'Ouest, en construction, pour voir Joe triompher de son associé et remettre l'argent - c'était d'ailleurs son intention depuis le début de la folle aventure - à la tribu de « Locomotive », en compagnie de laquelle celui-ci repartira.
© Les fiches du cinéma 2003
Logo

Exploitation