Goya en Buerdos (1999) Carlos Saura

Goya

Pays de productionEspagne ; Italie
Sortie en France28 novembre 2001
Procédé image35 mm - Couleur
Durée105 mn
DistributeurArtédis (source : ADRC)
>> Rechercher "Goya en Buerdos" dans le catalogue Ciné-Ressources
imprimer

Générique technique

RéalisateurCarlos Saura
Assistant réalisateurMercedes Coll
Assistant réalisateurSusana González
ScénaristeCarlos Saura
DialoguisteLuigi Scattini
Société de production Lolafilms (Madrid)
Société de production I.I.F. - Italian International Film (Roma)
Société de production Vía Digital (Madrid)
ProducteurAndrés Vicente Gómez
CoproducteurFulvio Lucisano
Producteur exécutifCarmen Martinez
Directeur de productionCarmen Martinez
Distributeur d'origine Artedis (Paris)
Directeur de la photographieVittorio Storaro
CadreurJúlio Madurga
CadreurFabio Zamarion
Ingénieur du sonCarlos Faruolo
Ingénieur du sonJosé Vinader
Compositeur de la musique originaleRoque Baños
DécorateurPierre-Louis Thévenet
CostumierPedro Moreno
MaquilleurSusana Sanchez
MaquilleurJosé Quetglás
CoiffeurMercedes Guillot
MonteurJulia Juaniz
ScriptMargarita Fernández
RégisseurPapick Lozano
Coordinateur des effets spéciauxÁngel Alonso
Photographe de plateauManuel Zambrano

générique artistique

Francisco Rabal(Francisco de Goya)
José Coronado(Goya jeune)
Maribel Verdú(la duchesse d'Albe)
Eulalia Ramón(Leocadia)
Dafne Fernández(Rosario)
Joaquín Climent(Moratin)
Cristina Espinosa(Pepita Tudo)
José María Pou(Godoy)
Saturnino Garcia(le prêtre/San Antonio)
Concha Leza(la femme andalouse)
Franco Di Francescantonio(le médecin andalou)
Carlos Hipólito(Juan Valdes)
Manuel de Blas(Salcedo)
Pedro Azorín(Braulio Poe)
Mario De Candia(Bayeu)
Emilio Gutiérrez Caba(Jose De La Cruz)
Joan Vallés(Novales)
Paco Catalá(Asensio)
Jaime Losada(Gaulon)
Ainhoa Suárez(Rosarito à 8 ans)
José Bechi(l'homme assassiné)
Demetrio Julián(le père de San Antonio)
José Sainz(le creuseur de tombe coupable)

Bibliographie

Périodiques

Sites Internet

Synopsis

Goya a quatre-vingt-deux ans. Malade, désemparé, il s'égare en chemise dans les rues de Bordeaux. Sa jeune fille, Rosario, quatorze ans, qu'il adore et qui l'adore, le ramène chez lui, où Leocadia le soigne. Dans une semi-conscience, il se remémore son passé. Son amour fou pour la duchesse d'Albe, la "Maja", avec qui il eut une liaison passionnée plus de trente ans auparavant, et qu'il appelait, encore, tout à l'heure, dans cette rue de Bordeaux... La mystérieuse maladie qui le rendit irrémédiablement sourd, alors qu'il n'avait que trente-six ans. La Cour de Charles III puis Charles IV, dont il fut l'artiste officiel. Sa disgrâce lors du retour sur le trône de Ferdinand VII, pour avoir défendu avec fougue les idées libérales. Ses démêlés avec l'Inquisition, les Majas étant taxées d'impudeur. Les premières atteintes de la maladie qui l'emportera neuf ans plus tard. Son départ de Madrid et son exil en France, enfin, à Plombières d'abord, puis à Bordeaux où le rejoignent sa compagne Leocadia et leur fille Rosario. Remodelant dans ses rêves la chambre qu'il ne peut plus guère quitter, le peintre recrée les lieux, ses oeuvres, les revit, les télescope. Rosario vient souvent le voir : elle sait l'adoucir, l'écouter. Elle, il l'entend, lui apprend à dessiner. La maladie s'aggrave : cloué sur son lit, Goya s'éteint, veillé par Leocadia et Rosario.|#|#
© LES FICHES DU CINEMA 2001
Logo

Exploitation

Nombre total d'entrées en fin d'exclusivité (Paris)9094
Nombre de salles de sortie (Paris)5
Nombre de semaines d'exclusivité (Paris)20
Nombre d'entrée première semaine (Paris)3232
Nombre total d'entrée en fin d'exclusivité (France)11500